Player is loading...

Embed

Embed code

Transcriptions

Note: this content has been automatically generated.
00:00:00
20 ans je vais vous parler ce soin en vue
00:00:04
d'un des défis majeurs auxquels les villes de vont
00:00:09
etre confronté et effectivement qui quand même censé
00:00:15
faire en province avant de fondamentaux de l'urbanisme alors je partirai de la commande
00:00:22
la notion qui commence maintenant un peu ou moins intégré l'espace
00:00:27
culturel que celles anthropocène rapidement que ce qu'on veut dire anthropocène
00:00:32
on veut dire que nous entrons dans une époque de l'
00:00:37
histoire de la terre je dépend de façon assez indéfini
00:00:39
parce qu'en gros c'est qu'on met en prison anthropocène grosso modo à partir des années 50
00:00:45
mais on peut pas dire combien de temps va durer anthropocène etc et ce que signifie cet entrepôt savoir déjà bien c'
00:00:51
est une séquence puisque je ne veux pas fixer la durée
00:00:55
de 5 ans géologique qui commencerait dans les années 50
00:00:59
et qui se substitue aurait à la période précédente qu'on
00:01:03
appelle holocène alors sa durée 11'701
00:01:07
et c'est en fait grosso modo l'époque qui nous séparent de la fin ultime son rebond du prince épandage glaciaire
00:01:14
et ce qui était très important pour qu'on comprenne l'enjeu du passage à l'entrepôt saine
00:01:19
eh bien c'est se rappeler que l'eau saine durant l'
00:01:22
histoire de la terre a été variable très particulière caractérisé par
00:01:29
forme de cannes en tout cas les conditions des
00:01:33
conditions favorables à l'épanouissement de l'espèce humaine
00:01:38
ils ont prévalu sans l'holocène par exemple les hommes n'aurait pas inventé l'agriculture
00:01:44
et si nous n'avions pas davantage et que je le rappelle l'agriculture est inventé à 4 moments différents dont 4 r
00:01:50
géographiques différentes sans relation des unes aux autres parties fixant les conditions générales à celle de lausanne
00:01:56
était favorable à l'avant son agriculture évidemment sans avant son agriculture
00:02:00
n'a pas de surplus pas possible de distinguer de distraire
00:02:05
grosso modo maximum ⅕ de la population des tâches de nourriture
00:02:09
et on a pas un approfondissement de la division du travail et
00:02:12
on a pas effectivement ce qui donnera lieu aux grandes civilisations
00:02:17
historique donc c'est très capital et l'entrepôt inverse c'est la période on l'
00:02:22
on dit adieu à l'holocène la période on ferme cette parenthèse qui pourtant
00:02:28
aura été aussi favorable à l'épanouissement visant une pompe
00:02:32
c'est facile de façon plus rester quoi le sel et bien c l le moment d'
00:02:37
histoire de la terre à partir duquel l'humanité
00:02:41
deviennent force géologique nous avons par exemple changer
00:02:47
enfin ajouter 40% de CO 2 en plus dans l'atmosphère nous avons doubler la concentration
00:02:53
méthane nous avons ajouté plus de 20% protoxyde
00:02:56
d'azote etc chaque jour nous chariot inclus
00:03:00
au lieu de graves avec toutes les forces de l'érosion réunit les flux
00:03:04
et d'azote aux bons sont deux fois ni ce que serait
00:03:08
ces flux sont les activités humaines etc etc on a détourné des fleuves à raser les collines
00:03:14
changer les montagnes j'exagère à peine et on l'a surtout vider toutes les ressources
00:03:19
profondeur david et des océans cessa un entrepôt ça c'est donc une marque gigantesque
00:03:27
de l'humanité et de sa démographie de ses activités sur
00:03:31
le système et bien évidemment sur l'ensemble des
00:03:35
autres êtres vivants d'ailleurs qu'on a réduit à la portion congrue je rappelle que simplement par exemple
00:03:41
la biomasse des animaux domestiques c 6 c la quasitotalité aujourd'
00:03:47
hui des vertébrés et invertébrés sauvage et quelques pourcents
00:03:51
par rapport à la biomasse des vertébrés domestique cette gigantesque ce qu'on a fait alors en général on s'arrête là
00:03:59
et on dit le anthropocène c cette époque durant laquelle l'
00:04:03
humanité à affirmer sa puissance sur la terre signé
00:04:08
sa soeur recto maintenant faut voir le verso eh bien le verso
00:04:13
l'entrepôt saine et ont commencé en préférant un chiffre pour
00:04:17
sensibiliser tout de suite à cette entrée dans l'entrepôt celle très bien c'est le moment bowman
00:04:23
effectivement nous sommes à l'interne un système nous agissons à l'intérieur de ce
00:04:28
système donc toute action massive humaine sur le système de lieu de façon différait
00:04:35
à ma réaction massive du système sur les sociétés humaines
00:04:41
grosso modo c. l'entrée et de danse du
00:04:46
r. l. mais pas forcément les robots lente
00:04:52
au sein de laquelle les conditions de vie sur terre vont être on peut
00:04:58
être pour l'espèce humaine pour les autres espèces beaucoup plus difficile
00:05:02
je vais donner première caractéristique pour faire comprendre ça pour l'illustré qui ne concerne que l'espèce humaine
00:05:09
et je v considérer le coût moyen un annuelle aux etats unis
00:05:14
j'adore cet exemple les catastrophes naturelles c'est quoi les catastrophes naturelles c
00:05:22
vague de chaleur sécheresses inondations incendies souvenez vous en deux
00:05:27
1'007 les incendies en décembre en californie
00:05:32
c cyclone
00:05:38
et pourtant la
00:05:40
ça ce sont les phénomènes extrêmes que le changement climatique intensifient
00:05:45
illustration va être très clair le coût moyen des catastrophes naturelles dont je viens d'énoncer la liste
00:05:52
aux etats unis durant la décennie 87 et 3 milliards de dollars par an
00:05:57
début du 20 et unième siècle donc dessiner 2010 on
00:06:01
passe en moyenne de 20 milliards de dollars par an
00:06:05
première moitié de la seconde décennie du 20 et unième siècle 2000 12'015
00:06:11
passe à 40 milliards de dollars et l'année 2017
00:06:17
eh bien si l'on fait la totalité des coûts toujours pareil pour les états unis et de ses
00:06:23
ces événements extrêmes on né avec harvey qui n'a eu aucun précédent
00:06:29
on est avec harvey à 200 milliards de dollars
00:06:33
évidemment là c'est un phénomène exceptionnel sur
00:06:36
le second modèle dessiné on sera sans doute moins mais on sera peut être sûr
00:06:39
de moyenne de 100 milliards de dollars donc et salim dénoncent depuis longtemps
00:06:44
l fait le changement climatique est un phénomène exponentielle
00:06:49
on commence tout d'accord après un premier temps on voit pas grandchose
00:06:54
et puis ensuite on commence à voir et on né on rentre dans ce moment charnière où le phénomène
00:07:00
bas commencent à prendre son emploi n'a pas est essentiel pour nous autres les êtres humains
00:07:05
pendant plusieurs décennies il devient très sensible alors j'ai donné le cas des ces catastrophes mais
00:07:13
je peux donner un autre passion relire guide bleu des années 50 comment vend des
00:07:18
tons alors les mairies touristique de l'europe au public américain à mes côtés
00:07:23
l'europe c'est un continent extraordinaire la température et tempéré vous
00:07:29
dit vrai des étés entre 23 et 26 degrés
00:07:32
en effet carrément mars par un si derrière eux le nombre de jours à 30 exploser le nombre de
00:07:38
jours à 35 acres léon dès maintenant à compter le nombre de jours a 40 ans
00:07:43
jusque dans 6 de l'europe au palais à 50 et 50 100 régulier ne peut en dire un
00:07:49
voilà nous sommes entrés dans l'entrepôt cette illusion trop progressivement avec
00:07:55
l'accès action j'ai indiqué depuis les années 50
00:07:58
alors de façon plus générale et plu théorique et bien premier traite cet
00:08:04
entrepôt celle que je viens d'indiquer l'histoire humaine et son naturel
00:08:08
centre croire elles ne font plus aucune quand j'ai à faire la liste
00:08:12
des catastrophes naturelles que j'invite toute personne sont plus des catastrophes naturelles
00:08:16
ce sont des catastrophes ni culturelle ni naturel c'est notre consommation d'énergie
00:08:20
fossile qui fait que ces événements deviennent plus puissants et plus nombreux
00:08:26
et donc du coup l'idée d'un dualisme l'idée d'espèces dextérité l'espèce humaine ou naturelle débile
00:08:32
l'espèce humaine agit sur le système nature lequel lui rend bien évalués ont de plus en plus
00:08:39
donc en fait bien on va faire la parentèle moderne la parenté solaires c'était l'idée d'humanité extérieur
00:08:47
même étrangères à la nature participant la transcendance divine
00:08:51
au regard de sa du point de vue de sérieux c'est effectivement pouvait agir sur tel point sur la mécanique terrestre
00:08:57
105 d'incidents avancer que si j'agis fort sur un point 7 la mécanique dans sa totalité
00:09:02
que genval simple rien à voir et en fait bien on est pas tout à fait revenu autant
00:09:08
de jésus et nous n'arrête plus mais dans sa course mais en tout cas ont accès
00:09:13
et on accélère la montée des températures donc sont définis
00:09:18
du dualisme nature culture et du coup de balai cyclone erna avait maria
00:09:25
a ne sont plus simplement des phénomènes naturels une direction si les phénomènes
00:09:29
et là on rentre sur l'aspect sur lequel j'aimerais bien vous sensibiliser
00:09:33
c'est à dire qu'il existe désormais des interactions entre le court et long
00:09:37
terme et effectivement ça change ils ont le gouvernement des affaires une manière générale
00:09:46
autrefois les êtres humains navré qu'à s'occuper des effets immédiats de leurs actions
00:09:52
il n'avait qu'à s'occuper du présent 0 un
00:09:55
futur très proche et bien cessa complètement fini aujourd'hui
00:10:01
quand dans une ville comme dans une nation quand chacun de nous ne prenons des décisions court terme
00:10:06
et on nous les prenons par définition à court terme étant court terme et bien nos décisions
00:10:11
ont des incidences à long terme en d'autres termes serge je reviens année catastrophe
00:10:19
harvey etc on peut dire qu'on les a pas voulu
00:10:25
mais paradoxalement nous en avons décidé
00:10:29
nous l'avons fait jusqu'alors inconsciemment maintenant nous rentrons dans la période de deux vous conçurent
00:10:35
ce type d'interaction et donc nous devons nous poser problème j'ai compris sur le plan d'urbanisme
00:10:40
de l'interaction entre le court et long terme alors je vais très quandmême
00:10:45
préciser ce qu'on peut entendre par le long terme un
00:10:50
en fait on va voir le long terme à avoir un bidule avec des
00:10:55
durées très long je vais donner deux exemples un pour eux
00:10:59
on les choses plus explicite comment selon un temps dans l'
00:11:03
histoire de la terre lorsque la terre était confronté
00:11:07
par un extinctions massives n'ont pas l'extinction massive quand et allant dans le sang la perception étant très loin
00:11:12
quand ton affaire la disparition ou de grosso modo aux 3 quarts 215% des espèces
00:11:18
ça n'arrive pas tout les jours et sa gestion de la terre on est dans une sixième beaucoup plus accélérée somaliens avoir
00:11:25
et là eh bien on allait à l'issue de ce processus qu'il rappelle peut durer très
00:11:30
longtemps pas 100 planches ensuite sur le fait disparaître sans
00:11:34
être vivant s'enclenche un processus de reconstitutions
00:11:37
c'est pas la même lorsqu'on a fait disparaître les dinosaures il a en gros 65 millions d'années
00:11:44
évidemment toutes les autres espèces qui ont disparu non pas donné lieu à des espèces
00:11:50
leurs semblables bien sûr mais ça a donné lieu à une nouvelle
00:11:54
forme de biodiversité médecin 1'005 à 10 millions d'années
00:11:59
donc on fait aujourd'hui quand j'appuie au début qu'on a fait disparaître dans
00:12:03
les 3 quarts des vertébrés sauvage en termes de différents spécifiques et en termes de
00:12:08
population par le programme des forces du canton ne peut plus sûre entre différents spécifique mais
00:12:12
on est parti sur quelque chose de de téhéran mais pas encore là
00:12:17
en fait sur un rythme de disparition 200 espèces sur lui parce que vous avez ça va s'accélérer 0 un
00:12:24
eh bien le temps constitution est très long donc ce dont on a décidé
00:12:28
c. finalement quelque chose que la nature 20 mètres 5 à 10 millions
00:12:35
entre guillemets réparer peu importe donc là on voit bien l'interaction entre très court terme
00:12:42
et à très long terme alors pour le climat on est pas sur des sites ou sinon mais quand même je vais donner
00:12:47
deux exemples sur le climat imaginons qu'on ait 3 degrés à la fin de ce sexe qui malheureusement est très fortement probable
00:12:53
on aurait entre et 5 degré suivant les modèles vers le milieu du siècle suivant
00:12:59
et ensuite la température con orateur de trois cinq degrés
00:13:03
elle va perdurer pendant plusieurs milliers d'années grosso modo 5
00:13:08
billets et les degrés concentration convainc injecter d'ici
00:13:14
la moitié de sa part qu'on va très fortement diminué après sinon c'est très important et bien dans 100'000 ans
00:13:22
il y'aura encore 7% de surcroît qu'on aura émis on convient
00:13:27
que même avec le climat on et sur un temps long donc en
00:13:31
fait on interagit is avec des patentes qui ceuxci qui sont soit l'
00:13:36
échelle des milliers d'années soit l'échelle des millions d'années
00:13:41
donc c'est ça qu'on entend par le long terme et ça c'est vraiment très important
00:13:49
et là on interagit justement en fait avec ce qu'on appelle les
00:13:53
limites à l'état à la limite planétaire C9 indicateurs la
00:13:57
on les deux premiers essais le climat et les deux aspects la biodiversité alto dérogeant à
00:14:02
côté et puis la stabilité des écosystèmes de l'autre donc on a 3
00:14:07
3 facteurs la sur la stabilité des écosystèmes pas capable de dire pas plus qu'on est capable de
00:14:12
dire qu'elle se de danger pour les nouvelles entités contrôlées dans la biosphère parfois de pollution
00:14:17
on est pas capable de dire que le seul vraiment non pour les aérosols qu'on en voit dans l'atmosphère
00:14:24
donc pas quantifier en revanche cinéphiles medina cisco et quantifier
00:14:29
et sur ses cisco peu quantifier et on a déjà dépassé 4
00:14:35
donc pour perte de ses limites le climat le réveil érosion des espèces
00:14:40
et liée à sa effectivement ça commence par sa l'effondrement
00:14:44
des populations sauvages là on a déjà dépassé la limite
00:14:48
on est déjà dans la zone de danger même de sur danger pour eux l'érosion la diversité on a dépassé les limites dans le domaine du
00:14:55
climat et dans les deux cas il suffit de dépasser les met dans un de ces domaines pour qu'on fasse basculer la totalité du système
00:15:02
en changes et qui ont accéléré mais pour l'usage des sommes notamment
00:15:06
la déforestation ont accédé à l'aimer dans le domaine de décès
00:15:11
du cycle naturel de l'azote du phosphore donc ça c'est aux activités
00:15:14
agricoles un pour le cycle azote classé le rouge du projet on naît
00:15:19
on est deux fois ni ce que révèle ce que serait le cycle d'azote sont les activités humaines
00:15:24
et si je regarde maintenant l'acidification des océans accordé à 15 ans après avoir dépassé les
00:15:28
limites et pour le haut et clair gros problème dans pas mal de villes au monde
00:15:34
alors c'est beaucoup moins dramatiques pour les villes qui sont car comme le cap pour imaginer en quelques années on peut
00:15:39
relayer partie les situations avec la déstalinisation mais pour les villes qui sont coupe
00:15:43
continentale à ce jour autant que ces le changement climatique qui aggravent
00:15:47
les problèmes parce qu'une des conséquences du changement climatique ces
00:15:50
d'eux de changer le système fluvial mondial et
00:15:57
et de faire qu'en fait de la vie privée peut encore
00:16:00
moins que les plus beaucoup apprendre plus sur les irrégularités énorme
00:16:05
donc là ol dont un ou 2050 en gros sans doute on aura un contrat aussi sorti
00:16:11
de l'eau salée la zone verte pour être entré dans la zone jambon partout on peut quantifier
00:16:17
sur 6 ans et sorti pour 4 sera sortie pour les 6 d'ici au but en
00:16:22
ce siècle et qui est important c'est qu'on peut dégrader pendant des décennies
00:16:29
sans qu'on ne voit rien ce n'est pour ça qu'on a fait cet avis ne pas donner et donc je dépasse la limite c'est
00:16:36
que des médiations scientifique qui peuvent permettre de me rendre compte par moimême je
00:16:41
ne vois pas les effets et quand je commence à sentir les effets
00:16:44
quant à
00:16:46
je suis au seuil de l'augmentation exponentielle je suis relativement impuissants
00:16:51
salle piège environnemental et au moins et co en termes d'urbanisme d'anticiper le minimum au moins qu'on peut anticiper
00:16:58
par rapport à a. a. ce piège dont je passa sur ses
00:17:02
limites alors je passe la tue un trop propre année
00:17:09
j'ai parlé du climat âge lesquelles et par rappelons quelques dans quelques aspects sur le climat
00:17:16
lune était paru en juillet 2010 fait prévaloir extrême
00:17:21
calculé que pour une moyenne planétaire de degrés on pourrait
00:17:25
avoir des valeurs extrêmes qui pour le reste de la france
00:17:29
à pourrait appeler et pas mal le permet pas au sud instamment à l'ouest plus pied continentale
00:17:36
on aurait pu avoir des valeurs extrêmes atteignant jusqu'à 55 des tensions avec les mêmes dont j'
00:17:41
espère qu'on n'atteindra pas convaincre digne sec mais je pars qu'on atteigne revanche suivant
00:17:48
donc pour les raisons de merci j'ai indiqué tout à la donc effectivement
00:17:53
si ce genre de scénarios devait se produire c'est pas difficile
00:18:00
imaginez à quel point ça changerait aux conditions de vie 55 degrés cette température de désert
00:18:07
ce n'est pas la peine dans les délais la si effectivement on a dans la partie ouest de l'europe en suisse
00:18:14
si on a des étés avec 10 semaines à 40 degrés
00:18:19
que ça signifie passer du tout de même système climatique
00:18:25
et évidemment j'ajoute que les céréales absolument hors de la chaleur
00:18:31
elle faire leur tomates pour qu'elle capte moins carbone alors que l'atmosphère forgeant car elle en 4 mois
00:18:37
il peut énergique impression à capter dira bilan par les fruits brian may ira eux
00:18:43
dont les racines dans le système racinaire et avec la même valeur
00:18:48
moyenne mondiale on aurait pu ne le coin des rues péninsule arabique 0 un arc
00:18:54
inde pakistan et aujourd'hui milliard 100 millions de personnes qui vivent
00:18:58
il serait pas habitable ont été d'autres habitable tout parler à 1 milliard 100'000 personnes
00:19:03
qui ont dépassé les oeufs et des échanges et d'habitat utilisant eux suivant la saison
00:19:10
donc voilà un petit peu les difficultés auxquelles on et on est confronté à la
00:19:16
pour bien faire comprendre l'enjeu qu'il faut bien distinguer le temps long
00:19:23
sur lequel on agit aujourd'hui c'est un plan physique d'autre forme de toulon
00:19:28
quand on va parler du système des retraites les gens vont parler ton nom
00:19:33
avant les ok je sais bien que la dette étranger rationnelle on ne cesse d'en discuter
00:19:37
mais n'oublions pas que la dette ne relève pas du nécessité physique avant l'empire romain
00:19:44
les grands empires méditerranéen avait l'habitude de relever tout laissait tant les dettes
00:19:51
récent en eux une mention augmente sa aujourd'hui je vois mon Crédit Suisse je pense pas
00:19:57
qu'il envisage la même manière ils baissent mais dans le calme pas facile d'être physique
00:20:03
l'humanité a joué sur certaines règles et les problèmes ne sont tronçons sont pas les mêmes
00:20:09
si jamais j'ai le cas du nucléaire là je suis je suis sur le ton de
00:20:13
fresques pour la gestion des déchets en cas d'accident on met sur un polo mais normalement
00:20:18
on a sur l'échelle plus global que local excusez moi et pas à pas globale mais c'est la première
00:20:24
et des techniques qui nous a fait interférer avec la tendance est effectivement le nucléaire à l'a.
00:20:32
merci je vois là aussi j'essaie d'imaginer et certains des conséquences en termes de l'urbanisme
00:20:38
évidemment je veux dire que pendant très longtemps en
00:20:41
matière d'isolation le référentiel a été le froid
00:20:47
là on a un référentiel qui va plus loin que shaw le problème comment
00:20:52
je vis dans une ville comme genève ou comme paris 40 degrés
00:21:00
c'est relativement infernal je me souviens de la canicule 2000
00:21:04
3 avait reçu donc labo à l'époque de jeter un
00:21:07
au sud de la région au sud de paris de petites villes françaises au sud de paris on avait reçu un chercheur de bagues alors
00:21:15
et on était en et petit période de 3 jours de chaleur et la
00:21:20
température à paris avait atteint les 40 degrés vers quand j'ai reçu cet indien mon moral s'est effondré
00:21:27
par ce qu'il dingue alors et je ne pourrais pas supporter
00:21:32
puis de quelques jours une ville comme paris à 40 degrés
00:21:35
quand ces types de bagarres qui veut dès sa jeunesse à ça je te le dira froid donc
00:21:40
effectivement nos villes ne sont pas viable et unes d l a nécessité
00:21:46
devant laquelle on va se trouver ces de casser les îlots de chaleur
00:21:49
c'est de casser les trottoirs de casser les
00:21:52
chaussées d'imaginer des trottoirs déchaussé ajourée
00:21:57
ecosysteme miser un régime réalisés avec des écosystèmes des fonctions
00:22:02
particulières avec évidemment certaines formes de circulation aérienne dos
00:22:07
les enterrer comme on l'a fait depuis le début du vingtième
00:22:10
siècle un traitement des eaux relativement différent alors évidemment une tout
00:22:15
autre relation la vie la nature on imagine qu'on ne peut supporter ce genre de vie que si on l'en nature
00:22:21
de certaines manières que si on nie déploie de londres que si on déploie du végétal que sont le fait circuler l'eau
00:22:30
on peut imaginer effectivement que dans les comment dire que dans les décennies où
00:22:36
l'on veut que dans les décennies qui viennent désolé type cynotechnique
00:22:44
le voilà que dans les décennies qui viennent en prison au moins le siècle ennemis qui visait à
00:22:51
qu'on voit quand même la démographie mondiale se réduire pression proche se projette
00:22:55
un peu loin attention se projette un siècle en siècle et demi
00:22:59
on n'aura à sa vie quand on a décru démographique
00:23:04
on peut imaginer qu'on ait certaines de nos villes
00:23:07
avec des quartiers qui soit transformé en recyclés
00:23:11
on peut imaginer des villes moins dense dans un siècle
00:23:18
et où on aura on pourra voir les espèces de gagner
00:23:22
et pour justement entre végétaux et construction pour avoir des villes présidente
00:23:28
aux vagues de chaleur on peut imaginer effectivement des
00:23:32
vues avec des toits systématiquement végétale lisez
00:23:35
avec des cultures on peut imaginer des villes devient alors si
00:23:42
vous me mettez là dans la voiture autonome c'est foutu
00:23:45
c'est l'un ou l'autre puisque la vraie forcément de chaussée des grâces et avec les sections de la voirie cc sévèrement le
00:23:51
truc dans lequel on va t il des complètement absurde dans ce genre
00:23:55
de gilles on va voir le problème des zones cyclonique
00:24:00
c'est à dire que la des bâtiments qui réagissent à 400 kmh ça serait pas tout
00:24:04
les jours c'est pas évident donc assemble des zones où on va devoir renoncer à reconstruire
00:24:10
avec des périodes intermédiaires ou se posera la question de l'assurabilité certains
00:24:15
biens ça devrait d'ailleurs vous dire que vous faites relativement vite
00:24:20
on peut imaginer des villes où effectivement de vie économique qui sera quand même
00:24:25
avec un taux de croissance qui j. chirac demande dépasse largement récente de deux pourcent
00:24:31
et on vous peut revenir à l'écoute propre croissance qui sont le taux de croissance historique c'est extrêmement faible
00:24:38
et on peut imaginer cette croissance très faible avec des villes avec des structures sociales quand même
00:24:43
qui reste un démocratique hautement plus il est présumé et donc du coup
00:24:47
le différentiel de salaire qui serait pas les mêmes et donc dans
00:24:51
ce cas là on peut imaginer on peut imaginer que j'ai
00:24:55
bien on sera plus sur une ville qui s'auto entretien
00:24:59
que sur une ville eux qui reconstruit
00:25:04
de façon très régulière parce qu'en fait non promo plu la richesse pour le faire
00:25:11
et cetera donc bien savon de choses qu'on peut choisir aujourd'hui terminée
00:25:16
on peut imaginer eux effectivement
00:25:20
avoir des villes on pourrait retrouver un
00:25:25
jeu assez paradoxale ou à la fois
00:25:28
on aurait su réussit à préserver un certain nombre de valeurs démocratiques préservé
00:25:34
un des savoirs assez sophistiqué donc avec
00:25:40
des différences de niveau de vie
00:25:41
qui serait pas si grande que sa mère fils et sans doute
00:25:45
lle seulement i. pour avoir le maximum de respect des ressources pour
00:25:50
ne pas tirer la consommation des déplu pauvres par celle des plus riches
00:25:56
et opérer imaginez une ville où le côté spéculative des savoirs et apparaîtrait ou
00:26:03
l'aspect contemplatif pourrait reprendre sa place où
00:26:07
l'esthétique et la beauté reviendrait
00:26:10
des aspects déterminants parce que des aspects durable
00:26:15
et parce que la mobilité serait plus rares et parce que finalement
00:26:19
eh bien comme nos productions serait elle même pour un elle pourrait en se faisant plus durable
00:26:26
se faire plus plaisante et donc le monde de l'avenir en outre un passage
00:26:32
qui sera difficile mais pas forcément un monde apocalyptique il peut au contraire présentés
00:26:39
des aspects séduisante une fois et improvements assez longue de transition
00:26:45
entre deux systèmes sera sans doute assez difficile à vivre
00:26:48
pour ceux qui auront à vivre quand je dis ce bien que très probablement nous devons nous est compté

Share this talk: 


Conference program

MOT DE BIENVENUE
Vincent KAUFMANN, Professeur de sociologie urbaine et d'analyse de la mobilité EPFL Lausanne
20 Sept. 2017 · 8:55 a.m.
INTRODUCTION
Paola VIGANÒ, Directrice du Laboratoire d’Urbanisme, École polytechnique fédérale de Lausanne
20 Sept. 2017 · 8:59 a.m.
INTRODUCTION
Elena COGATO LANZA, Présidente du Conseil de la Fondation Braillard Architectes
20 Sept. 2017 · 9:02 a.m.
INTRODUCTION
Panos MANTZIARAS, Directeur de la Fondation Braillard Architectes
20 Sept. 2017 · 9:09 a.m.
URBANISME ET ENJEUX DE LONG TERME
Dominique Bourg, Philosophe, professeur - Institut de géographie et durabilité, Faculté des géosciences et de l'environnement, Unil
20 Sept. 2017 · 9:20 a.m.
BETWEEN “ARCOLOGY,” THE “LOCAL PROJECT” AND THE «HORIZONTAL METROPOLIS»: CONFRONTING THE DILEMMAS OF SUSTAINABLE URBAN HORIZONTALITY
Christian ARNSPERGER, Economiste, directeur de l’Institut de Géographie et Durabilité, faculté des Géosciences et de l’Environnement, Université de Lausanne
20 Sept. 2017 · 9:59 a.m.
RE-ENCHANTING ARCHITECTURE LA NATURE COMPLEXE DU PROCESSUS DE CRÉATION EN ARCHITECTURE
Aliki-Myrto PERYSINAKI, Docteur en Architecture et Ville, Senior Lecturer en Architecture, Université Liverpool John Moores, membre du laboratoire Architecture, Milieu, Paysage (MCC)
20 Sept. 2017 · 10:22 a.m.
THE PRINCIPLE OF HOPE AS A PHILOSOPHICAL ‘CHALLENGE’ TO CONTEMPORARY URBAN THEORY
Brent PATTERSON, PhD student, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS). Teacher at ENSA Paris-Malaquais and ENSA Paris-La Villette
20 Sept. 2017 · 11:12 a.m.
TERRITORIAL SOCIO-ECONOMIC RESTRUCTURING: LOCAL ACTORS’ INVOLVEMENT FOR A SHARED VISION AND PLANNING. A BIAS FOR HOPE
Gioacchino GAROFOLI, Economist, Full Professor in Economic Policy at Insubria University, Italy
20 Sept. 2017 · 11:38 a.m.
DU SOL COMME OEUVRE, AU SOL COMME ARCHIVE DE L’ACTION HUMAINE. MICROHISTOIRE D’UN PRINCIPE D’ESPÉRANCE À TRAVERS DEUX TEXTES DU PÉDOLOGUE DAN H. YAALON
Antoine VIALLE, Architecte, doctorant, assistant au Laboratoire d’Urbanisme, EPFL
20 Sept. 2017 · 12:11 p.m.
DISCUSSION avec SÉBASTIEN MAROT
20 Sept. 2017 · 12:34 p.m.
LA PROSPECTIVE URBAINE À PAU (PYRÉNÉES ATLANTIQUES). LE GRAND ÉCART ENTRE PROJETS ÉDILITAIRES ET HORIZONS D’ATTENTE.
Jean ATTALI, Philosophe, professeur honoraire en urbanisme et projet urbain à l’ENSA Paris-Malaquais, chercheur associé de l’UMR AUSser / CNRS n° 3329.
20 Sept. 2017 · 2:26 p.m.
DES RÉSERVES FONCIÈRES AUX ZONES VERTES : PROJETS ET CONTRE-PROJETS D’URBANISATION CONTRIBUANT À LA FORMATION DES SITES SEMI-NATURELS BRUXELLOIS
Séréna VANBUTSELE, Architecte-urbaniste, docteur en Art de bâtir et urbanisme, Université Catholique de Louvain-la-Neuve, Belgique
20 Sept. 2017 · 2:54 p.m.
DÉSAPPRENDRE D’ATHÈNES / URBAN KAÏROS
Marc ARMENGAUD, Philosophe, urbaniste, membre fondateur et directeur de AWP, maître assistant titulaire au sein du département Ville Architecture Territoire à l’Ecole d’Architecture ENSA Paris-Malaquais
20 Sept. 2017 · 3:14 p.m.
DÉCRIRE POUR AGIR. DE LA NÉCESSITÉ DE PROBLÉMATISER LE TERRITOIRE DE LA VILLE CONGOLAISE
Géry LELOUTRE, Architecte-urbaniste, chargé de cours, doctorant, centre de recherche LoUIsE, Faculté d’Architecture de l’Université Libre de Bruxelles / Università IUAV
20 Sept. 2017 · 4:04 p.m.
DISCUSSION avec PANOS MANTZIARAS
Panel
20 Sept. 2017 · 4:32 p.m.
PROPOS LIMINAIRE : DE L’ART DE LA MÉMOIRE À L’ART D’ESPÉRER
Sébastien MAROT, Philosophe, professeur invité à l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne
20 Sept. 2017 · 5:01 p.m.
CONCLUSIONS DE LA JOURNÉE avec PANOS MANTZIARAS et PAOLA VIGANÒ
Panos MANTZIARAS, Directeur de la Fondation Braillard Architectes
20 Sept. 2017 · 6:04 p.m.

Recommended talks

Istanbul - des quartiers spontanés, les riches spatialités des gecekondu
Aysegül CANKAT, Architecte DPLG – enseignante à l’ENSA de Grenoble, chercheure MHAevt
27 Sept. 2016 · 11:16 a.m.