Player is loading...

Embed

Embed code

Transcriptions

Note: this content has been automatically generated.
00:00:01
bonjour a tous je remercie tout d'abord la formation ailleurs pour l'organisation des journées
00:00:07
je vous avoue cesse relativement difficile avait dernier exposant la journée
00:00:11
par ce que beaucoup de choses se sont déja dites et du coup ce qu'on
00:00:15
a décidé de faire c'est de changer un peu ce que nous allons vous présenter
00:00:20
pour essayer d'éviter de répéter certaines choses donc on a eu un regard au programme que
00:00:23
vous avez envoyé pour éviter de répéter certaines choses et aller a l'encontre d'autre
00:00:28
nous avons ou voila fait une petite modification
00:00:33
de la présentation et aussi par ce que l'on considère que cette journée d'étude
00:00:38
selon cette journée qui cherche a raviver un peu le débat et c'est dans ce
00:00:41
sens qu'on voulait collaborer alors estce qu'on vous présentera aujourd'hui
00:00:48
servant tout a un constat sur les létat actuel de la scène urbaine saint constantin dir générale composée
00:00:53
de 4 points que je vous dis et je vous décrire et a la con sa continuation
00:01:00
par le ce premier constat on va dire c'est un constat d'entre eux
00:01:06
générale en impression continua a mesurer les territoires a travers la ville servir la ville
00:01:13
reste encore l'unité de mesure de ces territoires et pour nous cette unité de mesure
00:01:17
et d'une certaine façon obsolètes on s'aperçoit que ces territoires et grandissent de plus
00:01:23
en plus donc l'la population grandit donc les territoires 7 al territoires urbains
00:01:27
prennent plus en plus de place et du coup y'a pas vraiment de raison de parler de formes de ville ou de forme
00:01:32
d'un territoire il faudrait plutôt parler d'eux a dire
00:01:36
de villes paysages ou de villes territoires des territoires en processus
00:01:41
et c'est justement ce seulement la qui nous intéresse donc ce processus de planification pas
00:01:46
par le par processus et non pas de planification par eux a part forment un
00:01:56
excusez moi
00:01:59
alors maintenant si l'habitude de dire qu'on qualifie pour demain ou après demain et en réalité la aussi nous on
00:02:05
considère qu'en réalité on planifie pour toujours je prends le voyait dans la dans la presse et dans la présentation précédente
00:02:10
pour toujours que éparses qu'on habite justement cette fine feuille de papier sur laquelle on écrit
00:02:14
et on réécrit en continu a réécrire du coup chacune des actions qu'on entreprend
00:02:19
laisse une trace des traces face auquel on doit faire face on doit agir en
00:02:26
pour cette ville interminable vous pouvez lancer la vidéo si vous voulez
00:02:32
quant a moi dans cette ville interminable on la définit parfois comme ça j'
00:02:37
ai toujours unes recherche un peu exténuant de vers un résultat final
00:02:40
résultat final qu'en réalité on sait qu'on ne t'en diras on obtiendra jamais et du coup l'on considère
00:02:45
qu'il ne faut pas lire le rechercher dire on ne croit pas des résultats finaux en termes de planification
00:02:52
nous ce qu'on aimerait c'était ça c'est
00:02:53
plutôt chercher des processus développement de planification
00:02:59
qui admettent les accidents en cours de route des accidents qui peuvent se donner sous toutes ses formes des accidents
00:03:03
qui peut être d'ordre économique des accidents des révolutions sociales des accidents terme un
00:03:10
dire législative des changements doit tout ces accidents devrait être admis au cours de route au cours de parcours
00:03:17
du coup ce qu'on propose surtout d'essayer de décentrer le regard on
00:03:21
s'aperçoit qu'a de plus en plus une pression sur la question urbaine
00:03:25
et l'on croit qu'il faut aussi regarder a ce qui n'est pas relié au centre et skinner pas relié au centre
00:03:30
mais pas forcément de la périphérie faudrait prêtait chercher des statuts
00:03:35
assez a ces zones qui ne sont pas relié au centre
00:03:37
la ville et le seul élément qui un statut en termes urbain et a beaucoup des territoires qui n'ont pas il faudrait peut être les
00:03:44
les rechercher un exemple de ce premier constat confère un on pouvait voir tout
00:03:48
a l'heure dans la presse dans la présentation de mars un martin ça
00:03:53
eux qui un peu cette vision 7 cet urbanisme
00:03:57
des pièces ont écrit comme ça pas ce qu'a genève en faite vient un on va dire un système de
00:04:03
de gouvernance qui propose cette pièce en fait la pièce pour nos définie comme un on pourrait
00:04:06
la parce entrant comme pellicule donc ces petits fragments des territoires sur lesquels on planifie
00:04:12
soit disant cette ces territoires effectivement sorel yen plus grande échelle mais en réalité se transforme que indécent de forme dans laquelle
00:04:18
on ne sait plus où moins de se rattacher avec ce qui nous a été imposée n'achètent plus grande
00:04:22
mais qui aurait en réalité mais ne me reste que des petits
00:04:24
fragments relativement détaché de ceux de son contexte aux alentours
00:04:30
le deuxième constat ou observations ou proposition de réflexion gens pour lui donner plusieurs noms
00:04:37
confère faites pour nous par justement de ces relation et relation qu'il donne dans le territoire
00:04:44
les relation dans ce territoire habité de certaines femmes pour nous remplace la forme même de la ville
00:04:50
ça veut dire on imagine le territoire comme environnement de relation et j'oserais même dire conflictuel
00:04:55
le conflit en fait on l'utilise comme oh non pas de façon négative ou péjorative ou
00:05:01
dans une recherche de le remplacer tout au contraire on croit que le conflit a tuer
00:05:06
tu source d'intensité le conflit est une paix et générateur de lutte
00:05:11
ces luttes en fête son set sont les éléments qui définissait caractérise la structure du territoire dans toutes ses formes
00:05:17
du mois de la façon dont nous on le perçoit ce territoire justement pas par la forme
00:05:22
par un nouvel ambiant sur blois de façon résumée par un environnement de relation conflictuelle
00:05:27
c. ces luttes sont génératrices d'intensité et d'identité
00:05:34
intensité on pourrait les voir sur sous plusieurs formes en faite il suffirait de faire le tour du bâtiment dans lequel on
00:05:39
se trouve et enverrait types d'intensité urbaine certaine
00:05:44
peut être positive et d'autre qui le sont moins
00:05:47
on pourrait aussi voir sous un autre sus uu notre chaîne notre échelle excusez moi dans la salle dans laquelle on se trouve
00:05:54
comptant en comptant ni accéder en regardant la taille de l'apôtre qui et juste sûrement tête visavis de la dimension
00:06:00
de l'espace si on peut admettre que la salle dans laquelle on se trouve fait aussi partie du territoire
00:06:05
on pourrait s'a s'interroger aussi du coup c.
00:06:10
ces luttes sont si génératrice d'identité en fait
00:06:15
vous pouvez voir aujourd'hui en fait ce matin plusieurs présentations dont
00:06:18
notamment jean qui parlait de certains territoires dans en turquie
00:06:22
ces territoires justement se ressembler fortement a des territoires qu'on connaît bien en espagne au portugal en italie
00:06:28
et en fait aujourd'hui avec le logo de la globalisation l'accès a l'information on s'aperçoit
00:06:33
que beaucoup de recettes pour eux beaucoup de territoires formellement se ressemblent donc on peut trouver des similitudes par
00:06:39
contre la où justement on croit qu'a des différences et dans la façon de s'approprier ce territoire
00:06:44
l'appropriation des espaces justement l'élément qui les différencient les uns des autres et
00:06:49
non pas qu'il tellement les éléments formels qui les composent ou le spatiaux
00:06:55
un exemple a nouveau qu'on pourrait utiliser pour ce deuxième constat
00:07:00
on avait a nouveau tout à l'heure c'est aussi en fait la matière la confusion
00:07:04
qui existent entre les mit les limites administratif du canton de genève et ses
00:07:08
limites géographiques donc et clairement un conflit entre deux visions politiques déterminées
00:07:13
vous figé et la réalité physique très concrètes et on tourne autour de la question pour
00:07:19
des années des années comme commodity aussi tout a la troisième constat confère observation
00:07:26
porte sur la notion du droit du droit des habitants étant s'aperçoit
00:07:30
quand il a eu aussi l'évolution dans cette notion de droit
00:07:34
dans son sous début du vingtième siècle on commença a parler du droit
00:07:38
du droit au logement ou droit la cellule minimum de l'habitat
00:07:42
et dans la deuxième moitié du vingtième siècle on parlait du droit a la ville ou du droit a l'urbain
00:07:48
aujourd'hui non croit que sénèque c'est nécessaire de commencer a parler du droit
00:07:51
au territoire le droit de territoires et est uni urgence même en réalité
00:07:56
tel que nous on l'on l'aperçoit dans son souci modèle de vie constitué depuis vraiment modèles et
00:08:02
les formes de gouvernance qui essaient de contrôler ses territoires ne sont pas vraiment synchronisé avec le présent
00:08:08
du coup c s modèle de droits
00:08:12
aux territoires devient vraiment une vraie nécessité
00:08:16
si on veut voir de façon plu plus clair le droit au territoire peut être
00:08:20
va dire un droit humain a droit composée entre le droit le droit urbain les
00:08:24
droits paysage ou le droit a l'action et le droit a la représentation
00:08:29
en tout cas dans tout les cas le droit territoire ce qui cherche avant tout
00:08:33
de garantir le droit d'usage de ces territoires a tout les acteurs ou a tout les habitants
00:08:38
eux qui composaient la scène urbaine eux on pourrait s'imaginer qu'aujourd'hui c'est pas vraiment urgent
00:08:43
son impression qu'on peut accéder a peu près tout le territoire mais au vu des politiques sociales
00:08:50
munich et autres qui sont en train de se développer notamment en occident et en quoi que ce droit
00:08:55
peut devenir vraiment eu nécessité dans le futur si on change pas vraiment les choses
00:09:02
du coup a nouveau je crois que c'est cette problématique elles se servent aussi
00:09:07
reflétée par ce qu'on continue d'une certaine façon je crois dans l'introduction c'était aussi dire
00:09:12
un peu comme ça a voir la ville par opposition la campagne ou la campagne par opposition la ville
00:09:18
non et d'une certaine façon convaincu qu'il faut pas les bons pose l'opposition les deux villes
00:09:22
et campagnes où apparaît rural devrait pouvoir savoir sur un même type territoire de façon simultanée
00:09:28
simulation sur eux sur certains projets et on croit vraiment qu'on peut avoir ce même sentiment sur un même
00:09:33
territoire sans avoir a ni élan ou lot 3 voir imposer la ou l'autre dans d'entre eux
00:09:41
enfin le quatrième constat quand on souhaite vous présenter aujourd'hui pour être relativement un
00:09:46
rapide eux porte sur cette nécessité de trouver de nouvelles formes de représentation du
00:09:52
du territoire cette forme de représentation ou soit un nouveau paradigme au nouveau
00:09:57
imaginaire manifeste qui et qui absolument nécessaire pour la vision ou pour les
00:10:02
différents projets qu'on réalise sur le territoire et qu'aujourd'hui
00:10:06
mais pas très clair en tout cas a nos yeux ce qu'on cherche a faire en fait ou de la façon dont le père pour le perçoit cette que
00:10:13
les cartes eux ne sont pas les territoires les cartes
00:10:17
sont simplement des représentations subjectives de ces territoires
00:10:21
un territoire concret d'un périmètre déterminé a un
00:10:24
moment vraiment spécifique pour non excusez moi
00:10:30
pour laurent parenté s'écartant faites elles ont une influence directe sur la politique
00:10:34
du territoire qui sont eux sur les actions qu'on entreprend sur soeur
00:10:38
sur ce territoire donc on fête les cartes sont politiques dans ce sens et la où
00:10:43
on considère qu'il faut agir c'est dans la politique de l'imaginaire
00:10:47
la politique de l'imaginaire elle reste figé sur des images relativement anachronique en
00:10:52
fait on a encore des images de villes médiévales sur laquelle on essaye
00:10:55
de toute autre ville sur lesquels on essaie on a toujours tendance a revenir en essayant
00:11:00
de vernis ou ne pas admettre la réalité du contexte contemporain dans lequel on vit
00:11:05
un contexte en faite ou réalité faudrait admettre le désordre il
00:11:08
faudrait admettre la superposition il faudrait admettre la diffusion
00:11:12
il faudrait admettre la recomposition il faudrait aussi admettre la démolition
00:11:16
qui aussi enterrement faite aujourd'hui j'ai jamais écouté et je crois que ça sujet presque tabou dans
00:11:21
l'enfant dans la situation a on va dire ou dans le débat urbain un contemporain
00:11:28
alors aujourd'hui brillamment pour présenter en fait on a on a souhaité vous accompagnant fais de
00:11:34
mon propos a travers cette vidéo qui eux k qui défilent pendant qu'eux
00:11:40
que je vous faisais un peu le résumé de ces 4 constats alors cet inédit cette vidéo est tout simplement
00:11:46
une hypothèse de représentation de ces 4 de ces cas sujet dont je vous ai parlé
00:11:52
cette vidéo les bonnes cartes cette vidéo la plate forme cette
00:11:56
vidéo la pas de centre cette vidéo les pas statique
00:12:00
et cette vidéo mais elle a toujours simplement été créés a travers un assemblage d'environnement de relation
00:12:06
hétérogène et dans la plupart des cas conflictuelle j'imagine que beaucoup des
00:12:10
fragments de la vidéo vous avez pu les reconnaître
00:12:14
en réalité la vidéo ne représente aucun territoire par contre
00:12:18
elle ressemble a beaucoup des territoires sur lesquels on habite et
00:12:22
à travers cette vidéo ce qu'on a cherché a faire d'une façon très concrète cette projeté a l'échelle géographique
00:12:28
dans le sens où pour nous la géographie et la particularité de pouvoir s'est détaché
00:12:34
de beaucoup d'éléments faites et ella ella particulier de cette détaché de tout ce que je vous
00:12:38
ai dit jusqu'a présent donc dénoncions de formes de processus de conflit le territoire la géographie
00:12:45
elle voyait chez différentes quand on parle géographie c'est vrai qu'on en fait on a un
00:12:50
peu un instinct de fait référence a l'échelle la plus grande donc au territoire
00:12:56
le boulot quand on parle de géographie on fait aussi référence a l'échelle la plus petite et donc celle de l'humain

Share this talk: 


Conference Program

Allocution, par Mme Paola Viganò
Paola VIGANÒ, Architecte – professeur Laboratoire d’Urbanisme, EPFL
27 Sept. 2016 · 9:13 a.m.
173 views
Allocution, par Mr Panos Mantziaras
Panos Mantziaras, Directeur, Fondation Braillard Architectes
27 Sept. 2016 · 9:21 a.m.
350 views
Social strategies for sustainable development - Introduction
Isabelle MILBERT, Professor – Anthropology and Sociology of Deve- lopment Department, IHEID
27 Sept. 2016 · 9:29 a.m.
Social strategies building the city: a re-conceptualization of social housing
Marielly CASANOVA, Architect – PhD Student, Universität Duisburg- Essen, Standort Essen
27 Sept. 2016 · 9:38 a.m.
New urban social movements, situated practice and the affordances of a porous urban space
Dario NEGUERUELA DEL CASTILLO, Architect – PhD student, ALICE, EPFL
27 Sept. 2016 · 9:59 a.m.
The massaad stairs: a green space in the city
Marwan ZOUEIN, Architect – Assistant Professor, DPLG, M.Arch
27 Sept. 2016 · 10:15 a.m.
108 views
Discussion, with Isabelle Milbert
Panel
27 Sept. 2016 · 10:33 a.m.
L’urbain à risques - Introduction
Rémi BAUDOUÏ, Professeur – Département de Science politique et relations internationales, Université de Genève
27 Sept. 2016 · 11:12 a.m.
Istanbul - des quartiers spontanés, les riches spatialités des gecekondu
Aysegül CANKAT, Architecte DPLG – enseignante à l’ENSA de Grenoble, chercheure MHAevt
27 Sept. 2016 · 11:16 a.m.
206 views
Faire la ville vs protéger la nature, au risque des inégalités
Arlette HÉRAT, Urbaniste – Maître-assistante ENSA-Marseille, Chercheure associée LPED/UMR 151–AMU-IRD
27 Sept. 2016 · 11:58 a.m.
Discussion avec Rémi Baudouï
Panel
27 Sept. 2016 · 12:36 p.m.
The politics of urban sustainibility - Introduction
Robert SADLEIR , Economist – professor at Westminster University
27 Sept. 2016 · 2:03 p.m.
Bargaining or transitioning urban regulative projects. New paths for urban planning
Alessandro COPPOLA , Researcher – Politecnico di Milano and Gran Sasso Science Institute
27 Sept. 2016 · 2:25 p.m.
La garden city: une référence pour la requalification de la ville diffuse
Stéphane SADOUX , Directeur du Laboratoire Cultures Constructives, LabEx AE&CC, ENSA Grenoble, Université Grenoble Alpes
27 Sept. 2016 · 2:50 p.m.
The Alps of the rich and the city of the poor
Roberto SEGA, Architect – PhD student, laboratoire d’urbanisme, EPFL
27 Sept. 2016 · 3:03 p.m.
130 views
Discussion with Robert Sadleir
Panel
27 Sept. 2016 · 3:17 p.m.
103 views
Échelles suisses du projet durable - Introduction
Elena COGATO LANZA, Architecte – Maître d’enseignement et de recherche, Laboratoire d’urbanisme, EPFL
27 Sept. 2016 · 4:06 p.m.
De l’urbain à l’humain: la rénovation participative d’un quartier populaire. L’exprérience des nouvelles libellules à Vernier
Marko BANDLER, Responsable de service Cohésion Sociale de Vernier
27 Sept. 2016 · 4:20 p.m.
Assemblage urbain et équilibre planétaire: quelles orientations d’un projet architectural?
Marcellin BARTHASSAT, Architecte urbaniste – SIA FAS FSU, Genève
27 Sept. 2016 · 4:39 p.m.
Learning from Geneva: vers une ville intermédiaire
Collectif LEARNING FROM
27 Sept. 2016 · 5:03 p.m.
Écologie politique de la métropole suisse: analyse des réseaux idéologiques du vote
Shin Alexandre KOSEKI, Architecte – doctorant, Laboratoire Atelier de la Conception de l’espace, École polytechnique fédérale de Lausanne
27 Sept. 2016 · 5:18 p.m.
Discussion avec Elena Cogato Lanza
Panel
27 Sept. 2016 · 5:40 p.m.
Conclusion
Panos MANTZIARAS, Isabelle MILBERT, et Paola VIGANÒ
27 Sept. 2016 · 6:01 p.m.
Interlude: remembering the future
Irene GIL, Architecte-artiste
27 Sept. 2016 · 6:20 p.m.
Interlude: remembering the future - Projection
Irene GIL, Architecte-artiste
27 Sept. 2016 · 6:31 p.m.