Player is loading...

Embed

Embed code

Transcriptions

Note: this content has been automatically generated.
00:00:00
d'abord merci pour avoir invité à participer à ce que très intéressant et on va aller visiter
00:00:05
un peu ce futur de la chirurgie et pourrait pour essayer de faire bien comprendre l'objectif
00:00:10
on va prendre un exemple assez simple à comprendre ce que vous le connaissez certainement tout ce qui suit l'aéronautique
00:00:15
même si on compare à un aéroport 0 un hôpital c'est assez similaires
00:00:20
débuts en arrivant à l'enregistrement avec des personnes qui vous
00:00:24
accueille très gentiment ce exactement pareil à l'hôpital
00:00:27
ensuite on va avoir une zone de sécurité ou à faire de l'imagerie notamment
00:00:33
rayons x des bagages et donc avoir peu est une passion on a un peu la même
00:00:37
chose aussi en médecine avec de l'imagerie médicale et puis aussi de l'appel passion
00:00:42
et puis ensuite en exode intense on va attendre l'avion dans le cadre de l'opération vaton l'opération dans des zones qui aujourd'
00:00:48
hui pour la médecine de jour sont sous types de zones très moderne et ce qu'on a du tout du coup à strasbourg
00:00:55
et puis ensuite ya l'avion le vol et oui c'est très comparables finalement pas très
00:00:59
comparable à ce qui se passe dans un bloc opératoire je sais que des différences aviation
00:01:03
quand vous regardez ça ressemble et ont évidemment préféré plein ça j'en doute pas et puis il faut que l'avion atterri on
00:01:10
va récupérer ses bagages dans le cas du médicament va récupérer le patient et puis ensuite ben on va rentrer chez soi
00:01:17
forcément se ressembler a quand même une grosse différence au niveau du bloc opératoire
00:01:22
que si on regarde l'avion aujourd'hui un système fortement automatisé
00:01:26
alors c'est automatisé anciens forment un système de formation qui dédiée et ce
00:01:31
système peut être automatisée par ce qu'a l'intérieur d'un
00:01:34
avion en un certains nombre de capteurs qui vont permettre de récupérer des
00:01:38
informations qu'un être humain ne peut pas capté par luimême
00:01:42
ces capteurs vont remonter l'information à un système qui va pouvoir reproduire pour l'
00:01:46
humain l'information de façon d'une façon il va pouvoir la comprendre l'apercevoir
00:01:52
ces capteurs font la différence aujourd'hui fondamental de mon point de vue
00:01:57
avec un bloc opératoire et pourtant dans le monde médical il
00:02:00
existe des capteurs va prendre l'exemple par exemple pour la vision ce que c'est un peu le thème du jour
00:02:05
si on regarde ce qu'on est capable de voir avec nous qui ont un champ de vision plutôt
00:02:09
à l'échelle du physique extrêmement restreinte sur eux l'échelle de voyez qu'on a ici et
00:02:16
ce champ de vision extrêmement restreint par certains champs visuels
00:02:19
ainsi la captation du signal extrêmement restreintes en
00:02:24
dans la densité et en fait elle peut être étendue grâce au capteur d'imagerie médicale de façon assez spectaculaire
00:02:30
et ce qu'intéressant un capteur de l'imagerie médicale ce qui
00:02:33
vont vous fournir l'information dans votre capacité de perception
00:02:38
alors si on met ses capteurs dans un bloc opératoire ce qu'on
00:02:42
va pouvoir obtenir finalement l'avion de munster le bloc opératoire demain
00:02:47
certaines questions qu'on se poser et on a voulu et répondant à créer à strasbourg donc
00:02:51
la situe hospitaliers universitaires dont l'objectif était d'intégrer au sein du bloc opératoire
00:02:57
de l'imagerie médicale donc ces capteurs de façon à pouvoir nous
00:03:01
fournir des informations supplémentaires non perceptible par nos yeux mais
00:03:05
qui pouvait apporter aux cliniciens un bénéfice au moment de la
00:03:09
thérapie et on va le voir aussi avant la thérapie
00:03:13
sa sainteté le bloc en images de synthèse pour préparer on
00:03:17
a vu des exemples préalablement voyez les outils aujourd'hui
00:03:20
dans le monde virtuel permettent notamment de préparer un environnement complet
00:03:24
et puis juste derrière vous allez voir à quoi ça ressemble aujourd'hui donc dans ce bâtiment cover en octobre 2016
00:03:30
ou le premier étage donc 9 blocs opératoires dans ces 3 blocs centraux qui
00:03:34
sont hybride avec toutes les dernières technologies en termes de chirurgie mini invasive
00:03:38
vous avez ici la salle avec l'IRM juste à côté on a une salle avec un robot de rayons x qu'on
00:03:45
appelle musicaux qu'un système de siemens qui tourne autour du patient et qui ne permet de faire un image 3 d. en 5 secondes
00:03:51
et puis entre les deux salles su entendre cette saga suivante
00:03:54
dans la société mère sur eux country sur rail qui
00:03:58
peut rentrer dans un bloc vous en sortir et aller dans l'autre qui de ce qui permet un patient
00:04:03
et bien fait d'avoir tout type d'images accessibles on peut rajouter assad échographie bien sûr ou des assauts mobile
00:04:09
aujourd'hui il est donc possible avec ces nouveaux blocs hybride
00:04:13
de fournir une image médical pendant une intervention chirurgicale
00:04:18
intéressant plus aller jusqu'au troisième étage on a la réplique de tout ce que je ne vous montrer c'est facile pour la recherche
00:04:24
en premier étage pour les patients troisième étage pour la recherche qui nous permet
00:04:28
de faire des traitements pour la recherche à partir des mêmes équipements
00:04:33
alors maintenant que ce rapport fait à partir de la loire prend l'exemple de l'
00:04:36
aéronautique un pilote avant de décoller et regarde les photos satellites de la météo
00:04:42
il va voir les photos satellites aussi pour décider de son trajet en fait il va faire son plan de vol
00:04:47
vous savez un pilote ne peut pas décoller tant qu'il n'a pas fourni son plan de vol au système de sécurité aérienne
00:04:54
ce plan de vol sera utilisé pendant son envol pour vérifier capa problème d'ailleurs sur ce qui était prévu
00:04:59
estce qu'on peut faire la même chose dans le monde médical si on regarde les photos satellites en tête des satellites qui tourne autour de
00:05:06
la terre et qui nous fournissent un ensemble d'image en couleur dans l'imagerie médicale en fait au niveau de risque on nous fournit
00:05:13
c'est juste un problème on va dire voulue à la base par la technologie de l'époque concept
00:05:18
et créer des écrans était noir et blanc alors ils ont fourni des images en niveaux de gris
00:05:22
aujourd'hui on pourrait très bien fournir des images en couleur simplement les règlements pas voulu faire cette
00:05:27
évolution vers la couleur par ce qu'il avait pris l'habitude de les résidents jeanyves
00:05:32
caserta c'est que ces images sont niveaux de gris et si on compare avec ce
00:05:36
qu'on a dans l'image médical voyez ici on a on a le
00:05:40
scanner par exemple 6 les capteurs qui tourne autour du patient comme les satellites autour
00:05:43
de la terre et en n série d'images donc ça c'est comparable
00:05:47
avec une différence d'enghien sécu photos satellites varga massivement doué
00:05:51
l'avenue général leclerc à paris sur cette photo
00:05:54
je pense que personne dans la safran capacité de répondre même si les parisiens ont déjà
00:05:58
fait le test tout simplement parce qu'ils photos satellites ne donne aucune information
00:06:03
ça c'est un problème majeur tout les jours les chirurgiens travaille avec des photos satellites ya aucune information
00:06:11
alors même dire indifférence des patients ils ont anatomie et l'anatomie tout les patients une tommy similaires
00:06:19
alors ça c'est comme si on disait que toutes les villes de france avait 9 du général leclerc alors vous inverse est vrai regarder
00:06:23
l'ajout des photos satellites de plusieurs grandes villes en france ces défauts étaient de l'avait déjà le cas dans ces îles
00:06:29
donc on peut dire en effet oui ben oui toutes les avenues on va trouver ça sauf que vous le savez aussi à des variations anatomique dans la vie et
00:06:35
à strasbourg n'a pas d'avenue général leclerc donc ça tombe bien j'habite
00:06:38
strasbourg saint permet de renforcer mon discours alors évidemment le problème en routine c.
00:06:45
ces variations de son cette variation est unique et ses variations atomique c'est le
00:06:51
problème pour assurer à ce qui va systématiquement coopération il attendait sur des variations
00:06:57
ces variations rendent plus complexe son acte opératoire d'où l'idée
00:07:01
de passer à la carte la carte en utilisant itunes si demain je vous demande aller du général leclerc à paris
00:07:08
je suis persuadé que personne va les chercher photos satellites tout le monde allez sur google map et va garder la map
00:07:15
il va taper le nom de la rue d'ailleurs et même la carte lui montrer aussi sur la rue
00:07:18
éventuellement généralités la photo satellite par dessus éventuellement mais làbas ce qui vous intéresse surtout si la carte
00:07:25
c'est donc ce qu'on a commencé à faire on a développé un système pour faire des cartes ça nous donne concrètement cela
00:07:33
on a l'image ici initiales avec une pathologie à l'intérieur de ce patient pathologique et situé ici
00:07:40
c'est un cas cliniques assez intéressant ancienne tumeur inter du foie au niveau du réseau biliaires
00:07:45
fait intéressant se casse que 90% des chirurgiens qui viennent
00:07:49
en formation i. compris les experts se trompe sur ce cas cliniques
00:07:53
dans un compte systématiquement pendant les cours de change étatique qui aurait aucune carte ça nous donne sa vie qu'
00:07:59
on a la colorisation donc on ne lui rue qui apparaît sont couverts sous les grandes artères de
00:08:03
ce patient apparaissant couleur comme le reste mais au final ça change pas grandchose au problème de compréhension de
00:08:10
ce patient vous savez pourquoi lorsque dans la vraie vie les patients sont rarement découpées en tranches
00:08:17
et pourtant dans l'usinage calero irène c'est ce qu'on a et si je
00:08:21
vous disais que sur cette tranche là y'a un élément et si vous
00:08:25
demandez où ça se trouve dans le champ je pense que vous aurez tous du mal à me répondre et pourtant vous démontrer que c'était sur la tranche
00:08:32
ça c'est le problème au quotidien de change comment faire pour retrouver dans mon patient ce que
00:08:39
j'ai vu sur image claire j'ai beau à voir la carte j'étais pamir trouver
00:08:43
vu l'intérêt de passer sur quelque chose de plus intéressant que cette vision de d.
00:08:48
c'est à dire la vision 3 si on passait vision 3 d.
00:08:52
en super posant chacune des coupons peut reconstruire en 3 dimensions
00:08:56
on appelle un maillage c'est la grippe voyait apparaître autour des organes c'
00:09:00
est comme si superposer des pièces de légaux en fait pas ou si
00:09:02
j'utilise l'imprimante 3 d. pour ceux qui ont utilisé l'imprimante 3 d. mais que la réplique de ce qui existait avant virtuel
00:09:09
au final on peut modélisé en 3 dimensions le patient et cette modélisation
00:09:14
l'avantage qu'elle peut être visualisés sur n'importe quelle partie du corps humain grâce à
00:09:18
ce qu'on a pu développer notamment et visible personne ça c'est un exemple
00:09:21
deux cas cliniques sur les 6 derniers mois oui ça peut être n'importe quelle partie du corps humain et ça peut devait
00:09:25
visualiser avec n'importe quel système d'ailleurs j'encourage et télécharger
00:09:31
l'application mobile sur eux android morsure a u
00:09:34
s donc sur le google play ou sur eux l'apple store cette visite de l. p. sheldon l'appli gratuite n'hésitez
00:09:40
pas et vous avez une quarantaine de cas qui sont disponibles ça vous montrera ce que ça donne l'énorme avantage
00:09:46
à partir de là c'est que ça va complètement changer la donne ce patient pour son histoire
00:09:52
il a un diagnostic de tumeurs ici localisés dans la partie
00:09:56
droite du foie en utilisant les repères anatomique standard
00:10:00
quand on bascule en 3 d. on voit donc cette fois pour lequel on errance théorie censé découper la partie droite
00:10:06
je vais retirer ici l'asie qui vient donc avouer je réalise des routes un comme dans un GPS
00:10:11
donc je peux voir les structures les emmener aussi je peux maintenant transparence n'importe quel organe si le foie
00:10:17
je vois l'intérieur des réseaux biliaire simple dans son vin jus simplifiant va retirer certains noms de structure
00:10:23
et là je vois apparaître les vaisseaux à l'intérieur du foie et ie si vous avez ce
00:10:27
qu'on appelle le tronc port qui séparant les branches à gauche et branches à droite
00:10:31
et avec les logiciels on peut simuler la pose d'un d'une ligature ou d'un clip c'est à dire on
00:10:36
va arrêter la circulation sanguine dans un réseau et ce réseau va nous permettre de découper le morceau sans faire saigner
00:10:43
donc si j'ai acquis par exemple ici sur cette branche voyant jaune apparaître la zone que je pourrais découpés
00:10:49
si je mets un clip sur la branche gauche je vois apparaître le foie gauche et la surprise je vois que la tumeur mais
00:10:56
pas dans le choix de ramer dans fois gauche alors qu'estce que ça change en fait ça change vite ce patient
00:11:02
si vous tromper sur un cas comme ça le patient décède si vous
00:11:06
couper le morceau il envie après l'opération il va même durée
00:11:11
estce que ces rares si vous demandez un chirurgien de planifier un acte opératoire
00:11:15
avec l'image médical seul avec évidemment les commentaires des radios lol
00:11:20
et si ensuite vous lui fournissez le modèle 3 d. en réalité virtuelle donc là on est en réalité virtuelle
00:11:26
eh bien dans plus de 30% des cas il va
00:11:29
changer son planning opératoire au profit du patient valider ampères
00:11:35
donc non sépare et ça veut dire qu'on a besoin d'ajouter ces modèles de main pour faciliter alors que ça semble logique
00:11:43
je reprends l'exemple si je demandais avenue général leclerc on vous donne photos satellites
00:11:47
je vous mettrai plus de temps et vous risquez de vous tromper beaucoup plus souvent que si vous donne
00:11:50
une carte vous allez avoir information donc ça c'est logique qu'il fallait simplement mettent en place
00:11:57
j'ai parlé de réalité virtuelle je donne un exemple sur le foie c'est
00:12:01
très rapidement devient deuxième exemple en chirurgie pediatrics un exemple de la dernière
00:12:06
pendant un court où j'étais présent et c'est un cas
00:12:09
facile on voit ici une pathologie assez nette en images on la voit
00:12:13
ici en vue de son appel cevital donc de côté à droite et on voit bien que c'est la partie supérieure et j'entends
00:12:19
que le diagnostic c'est une pathologie situé dans le lobe
00:12:22
supérieur droit du poumon donc il faut retirer cela supérieure
00:12:26
comme je suis présent et que je participe au cours de leur dire arrêtez vous êtes trompé c'est pas du tout dans le supérieur droit
00:12:32
l'opéra anatomique habituelles que vous utilisez il faut regardons en 3 d. ce qui se passe
00:12:37
l'avantage virtuel c'est qu'on peut faire des choses qu'on fait pas dans le réel donc par exemple ajoute sur
00:12:41
la peau du patient je vous rassure on évite de faire ça dans la vraie vie et dans le principe ici
00:12:47
dans le monde réel on ne voit pas en transparence comment font les chirurgiens
00:12:50
pour opérer hygiène ici sur les le tronc la branche principale du lac supérieur
00:12:55
ils vont mettre des ligature sert des défis ces lions serré sadate arrêté
00:12:58
la circulation donc les nouveaux je simule en posant un clip
00:13:03
ce qui est passé c'est évidemment sous arrêté la circulation on va voir un changement de couleur de la partie non vasculaire lisez et on va découper
00:13:09
ici c'est ce qui se passe avec le logiciel virtuellement avant même de faire
00:13:12
l'acte je mets en transparence le pouvoir ici on voit très bien
00:13:18
vient la zone qui peut être découpé j'ai retiré les artères eleven pour mieux voir je vois ici la
00:13:22
tumeur qui entraîne ici lattre easy et c'est cette zone d'emblée qu'il faut je découpe
00:13:28
si j'avais pas étaient présents dans ce cours avec ce modèle 3 d. se devait de
00:13:32
timor in première intervention pour rien ou lui retirer partie 7 de son poumons
00:13:37
le fait d'avoir les mêmes la modélisation 3 d. a permis d'éviter ça et de découper tout de suite la bonne partie aujourd'hui l'enfant va très bien
00:13:44
alors c'est des exemples je pourrais vous montrer énormément c'est pas l'objet d'aujourd'hui simplement je
00:13:51
pense que vous avez bien compris le principe avoir la cartographie en 3 d. avant l'opération sera beaucoup d
00:13:57
dans ce cas encore mieux c'est d'avoir pendant l'opération pour servir et valider cette sera projet du
00:14:02
GPS vous avez vu sur google map avant de partir était la route maintenant vous voulez aller
00:14:07
ça serait bien d'avoir un GPS première façon faire ben j'utilise une tablette au bloc ça coute rien
00:14:12
c'est facile à utiliser donc ça c'est un élément
00:14:14
extrêmement facilitant de déploiement au niveau international de ces systèmes
00:14:20
c'est bien mais c'est pas suffisant et donc l'objectif maintenant c'est d'aller plus loin
00:14:24
d'aller vers des systèmes 3 d. de vision comme on a vu juste avant et que le laisse qui permettent de voir un patient 3 alors plutôt
00:14:30
que de faire ça comme ça serait effacé brancher mon estce que j'ai là pour montrer ce que ça donne en vrai en live aussi
00:14:37
j'ai bien prendre des risques de l'effet des mots c'est bien connu mais
00:14:42
dans la vie sont pas de risques en fait rien changer à montrer ce que ça donne
00:14:48
au niveau donc de l'affichage je le mets je vous afficher sa son écran compris via
00:14:55
un petit décalage de 4 secondes latence entre ces deux mondes lorsque ces relais par phil
00:15:00
mais vous permettra de voir ce qu'on peut faire et ce qu'on voit avec le laisse donc voila voyez première chose à un écran
00:15:06
ça c'est une des premières choses intéressantes avec le lendemain on va peut être remplacé deux écrans physique par des
00:15:11
écrans virtuels puisque si je regarde d'un titre de moi je vais pouvoir faire apparaître un certain nombre de
00:15:16
d. prend donc la voilà je viens annoncer l'appli de réalité augmentée et voyez devant moi ici sur la
00:15:22
table j'avais posé à l'avance fois un fois la passion donc ces deux modèles 3 d.
00:15:28
d'un patient wexler tournait autour de moyens qui latence entre ce que je vois ce que vous voyez vous mais oui exactement ce qui se passe
00:15:35
mais que je peux m'approcher rentrer dans le volume donc le coupé pour voir mieux les tumeurs
00:15:40
pouvoir bien visualiser les différentes structures vasculaires et ça comme si l'objet était là devant moi
00:15:45
pour tout ce qui aurait ségolène c'est pour tout ce qu'ils seront vous allez très vite comprendre que je veux dire
00:15:50
on a l'impression que l'objet présent physiquement et davantage que ça
00:15:54
c'est ça va nous donner en fait une vision en
00:15:57
3 dimensions faciles à comprendre un peu comme le principe de ce que je vous ai dit tout à voir avec le cochon
00:16:02
à l'autre élément jouer montrait toujours et que le 27 cette capacité d'avoir des
00:16:05
écrans virtuels dont par exemple ici j'ai mis un écran avec une vidéo opératoire
00:16:10
donc c'est un écran ici j'en ai un autre là je connais des écrans un peu partout dans autour de moi
00:16:16
et sans aucun surcoût j'ai un seul système et jetant des grands
00:16:20
enjeux et par exemple agin vidéo de chirurgie que je vais pouvoir
00:16:24
lancer alors allez ici en différé mais aussi d'avoir en direct et l'avantage que ça donc vous allez voir c'est que je
00:16:30
vais pouvoir visualiser le meilleur par contre j'en prendrai disait comment nettement qu'
00:16:34
estce que c'est déconnecté d'internet donc voir que je reconnais
00:16:37
cnamts est arrêtée là vous avez compris le principe je pense que c'est plus important c'est un temps limité comme pour la présentation
00:16:43
donc voilà on va poursuivre donc voilà l'un des méthodes
00:16:48
pour pouvoir réaliser eux cette vision en 3 dimensions
00:16:52
c'est pas la seule s'agiter dans tous ses possibilités et par exemple on travaille actuellement aucune société à paris s'appelle alias que
00:16:59
pie qui développe un écran cette fois ci donc c'est à un casque se un écran j'ai pas vous amène devinettes
00:17:06
i. les multi point de vue il va jusqu'à 16 points de vue c'est dire que quand vous avez bouger comme ça vous avez changé point de vue comme si l'
00:17:11
objet des présentes de coups devant vous et il est transparent comme vous le voyez
00:17:16
ce qui permet d'avoir cette sensation d'immersion de l'objet dans notre environnement
00:17:20
donc si un autre une vision possible de ce que pourrait être l'avenir je pense qu'on va
00:17:24
voir des systèmes concurrents qui vont apparaître les systèmes qui vont nous permettre d'avoir beaucoup de possibilités
00:17:29
de perception tridimensionnelle d'un objet virtuel présentes dans notre environnement vous remarquez
00:17:35
que dans tout les cas les interactions sans contact qui apparaît
00:17:38
s'intéressant puisque le monde virtuel va pouvoir le paper sociaux ajouter des gants
00:17:43
ce qui est possible techniquement mais aujourd'hui un peu coûteux mais
00:17:46
globalement on va voir point besoin de garder notre façon de travailler habituelle et en général c'est plutôt nomme
00:17:53
la voie peut servir également alors voilà pour les la façon de visualiser en 3 d maintenant on va basculer sur
00:17:59
l'usage préopératoire et l'usage dérogatoire l'idée c'est un peu comme le pilote avec le système d'
00:18:04
affichage tête haute où vous quand vous conduisez ils essaient de mélanger réel et virtuel au réel et virtuel
00:18:11
quand le fusionna saddam ce genre de choses ont changé l'avancée de ce que chacun porte par
00:18:15
eux cézanne ce genre de choses voyez qu'on peut se superposer l'image virtuelle du
00:18:19
patient sur le patient luimême ça c'est ce qu'on sait déjà quelques années on a
00:18:23
fait la première opération chez l'homme en 2004 pour assurer l'al
00:18:27
les limites qu'on avait à l'époque c'est qu'on avait pas la capacité de déformer en temps réel
00:18:32
le patient qui respirait avec sa bouche pas mais ça permettait déjà placé des outils chirurgicaux de façon idéal
00:18:37
en fonction de l'anatomie du patient règles changer après cette caméra virtuel et ensuite
00:18:41
picasso et plaça même caméra mais cette fois ci réelle au même endroit
00:18:44
alors ensuite on a travaillé sur la respiration pour capter les mouvements respiratoires en temps
00:18:50
réel et de simuler aujourd'hui notre système et précis à 0 vies mettent
00:18:54
j'espère qu'aujourd'hui je peux vous dire dans le choix où sont
00:18:57
les souhaits des tumeurs assez robinet près sur un cycle respiratoire libre
00:19:02
donc pas nécessairement anesthésie système marche en temps réel alors à l'époque en équilibre il énumère structure aujourd'hui
00:19:09
on utilise des caméras de licence dérivé un peu comme ce qu'on a sur le laisse
00:19:13
l inconvénient évidemment que présentait la lumière structuré situé un projecteur et
00:19:18
que dès qu'on mettait l'émancipation sacré donc ça marchait plu
00:19:21
l'année dernière on a travaillé sur un nouveau système que vous allez voir la qui marchent avec ma surface pro
00:19:27
donc je prends ma surface prend en main je vais audessus du patient ce que vous voyez là c'
00:19:31
est ce que fit la caméra de ma surface pro et moi je passe en plein écran
00:19:35
audessus c'est ce qui se passe ordinateur détecte des pixels dans la vidéo
00:19:40
les pixels qui sont des points caractéristiques ont un peu est même pas la capacité nous de repérer
00:19:44
mais lui les repères ce qui fait que commencer bouger la caméra et va dire à le pixel
00:19:47
crisis ellemême qui étaient là dans l'autre la vidéo le précédent fin dans l'image précédente
00:19:52
à partir de cette information est capable de calculer en temps réel la position
00:19:56
de la caméra de ma surface pro comme vous voyez ici en rouge
00:20:00
et comme je sais où la caméra réel en temps réel je peux mettre
00:20:04
la caméra virtuel au même endroit ce qui se passe en dessous
00:20:07
il faut que j'ai mis la caméra virtuel au même endroit calme et réel je mélange de vue et je tiens une
00:20:12
vue en réalité augmentée temps réel avec une simple surface pro
00:20:15
et de façon totalement automatique avec deux mm de précis
00:20:20
voilà ce qu'on a fait les dernières actuellement en train d'implémenter la
00:20:23
partie émergée d'équité pas utilisé pour pouvoir rajouter de la respiration démente
00:20:29
c'est intéressant c'est demain on pourra faire ça siècle laisse sa cette vidéo qui a deux semaines
00:20:34
on a réalisé dans le service avec cette fois ci un mannequin donc là y'a pas l'épreuve
00:20:38
de respiration ça facilite un peu la vie et mais qu'on a commencé déjà des intégrations
00:20:42
pour pouvoir visualiser en transparence et en temps réel avec le simple casque donc beaucoup plus facile d'usage que de tenir une tablette
00:20:49
entre les mains puisque la cet essai gemma libres je pouvoir travailler quelques écoles laisse on va pouvoir faire la chirurgie ouverte
00:20:55
par contre ça s'arrête là parce que faire de la chirurgie l'apparence
00:20:59
que piquet que le même ça n'a absolument aucun sens la caméra
00:21:02
en rendant le patient aller à sa de l'organe alors que moi j'ai toujours beaucoup plu
00:21:06
loin donc je verrai toujours moins bien que ce que voit la caméra qui dans le patient
00:21:10
et là s'arrête l'intérêt de voir de l'extérieur en transparence le patient et
00:21:14
on bascule dans un autre problématique ne problématique et celle des déformations intérieure du patient
00:21:20
qui sont pas vu donc de l'extérieur par exemple ici quand je dugas voyez
00:21:24
le foie juste avant et juste après avoir ajouté le gaz confirmation génie réside
00:21:28
on a de grosses différences donc si h deux fois en bleu alors que le vrai de vrai position et rouge je me trompe
00:21:34
pour éviter ces erreurs c'est là on utilise le radar de l'avion c'est à dire en fait tunis majoritaire opératoire
00:21:40
se voyaient là qui va nous donner une nouvelle image voir
00:21:44
ici en orange voyez comment ça fonctionne le robot tourne
00:21:48
là par le système de capture de rayons x autour du patient en temps
00:21:51
réel à 5 secondes en 5 secondes vous obtenez l'image en orange
00:21:55
et vous avez si majorité image préopératoire le logiciel ensuite déformer l'image
00:22:01
pre préopératoire pendant à l'image père opératoire se voyaient là
00:22:05
donc ça nous permet de d'avoir la nouvelle configuration du patient au bloc
00:22:10
grâce à s'en va pouvoir afficher correctement le modèle 3 d. qui déformée de la
00:22:14
même façon que ce qu'on voit à la fin des vidéos d'ici là
00:22:19
on a ensuite on peut utiliser à nouveau le laisse ainsi ce que vous avez dans cette
00:22:23
petite vidéo donc je ne sais pas ce que vous avez déjà compris le principe
00:22:27
donc on peut faire ça et ensuite utiliser le laisse je vois là et
00:22:32
voici donc on voit à travers le patient du coup avec le laisse
00:22:35
mais ce qui encore plus intéressant c'est à l'intérieur du patient avec une caméra l'apparence que pie 7 voici donc la caméra aidant le patient
00:22:42
eh bien je vais pouvoir aussi voir précisément au son des structures et tenir compte en temps réel des mouvements respiratoires
00:22:48
notamment ce que vous ici ça c'est pour la partie vaisseau ça c'est pour la partie tumeur
00:22:53
précision actuel avec les territoires avec mouvements respiratoires deux mm là encore
00:22:58
donc on travaille évidemment notre objectif de cette toujours d'être infra mm hic que
00:23:02
ça de près la résolution des imaginaires et ça nous permettra d'aller pure
00:23:06
alors qu'on avait tout sens dit mais finalement demain l'ordinateur sera beaucoup
00:23:09
mieux que moi où sont les structures certains déjà un peu le cas
00:23:12
et donc pourquoi pas lui demander d'opéra la place parce que finalement il sera mieux que moi où sont les vaisseaux pourra émettre des clips pour ça
00:23:19
il faut évidemment couplé système du robot c'est ce qu'on a fait
00:23:22
assez facilement ce que peut complet sur le logo était facile à faire
00:23:26
donc on a très vite rajouter l'affichage tête haute ouvrier comme dans la voiture on a pardon j'ai un peu on a là
00:23:32
la vue si vous le georgia manipule l'écran tactile l'avion side by
00:23:35
side et puis on a évidemment fait la réalité augmentée avec le robot
00:23:39
je suis allé directement ici un et voyez que dans la vue
00:23:43
du robot chirurgical de chirurgiens voit en transparence on patience qui valut permettent
00:23:48
de savoir où sont les structures précisément et rester chose à faire céder contre les robots pour lui faire des gestes
00:23:54
le problème avec la société aux questions de société américaine nous
00:23:57
a pas fourni de robots couvert létat compte contribution robots
00:24:01
alors on a développé notre propre robots ont un faisceau boules à thé robot eux beaucoup plus petit
00:24:06
c'est un robot flexible qui passe par un seul orifice donc l'énorme avantage plus qu'
00:24:10
un seul enrichissant le d'en avoir 4 ou 5 à partir de là on
00:24:14
peut brancher voyez les instruments et ce qu'on peut faire qui génial ben c'
00:24:17
est que lorsqu'on a eu tueur sur le foyer cité en train de bouger
00:24:22
ça serait difficile de suivre les mouvements temps réel voyez ce qui se passait concrètement mais qui ne
00:24:26
suit pas les mouvements par contre pour régler le problème gine solution c j'arrête la vidéo
00:24:31
changèrent pas très content un deuxième solution c j'arrête de faire respirer
00:24:35
le patient assez la famille du patient qui était très contente
00:24:39
l'autre solution city ce que je vous ai montré précédemment la réalité augmentée l'ordinateur cette voiture en temps réel
00:24:45
je demande de contrôler le robot pour faire bouger le robot rythme et là c'est ce que vous voyez
00:24:49
avec sa la tumeur semble être toujours au centre de mon image peut être semble ne pas aller au centre de
00:24:54
mon image tout simplement parce qu'en temps réel l'ordinateur contrôle pour moi le robot essuie des mouvements
00:24:59
voilà on met en automatisation voyez que la réalité virtuelle la réalité augmentée
00:25:05
vont permettre d'aboutir demain une chirurgie automatisé beaucoup plus précise
00:25:09
ça va commencer par de l'assistance au début avant d'aller vers des choses beaucoup plus complexe mais voyez qu'on ait déjà aujourd'hui sur des
00:25:15
systèmes extrêmement intéressant donc la conclusion de cette présentation c'est la chirurgie est
00:25:20
en train d'être augmenté on augmente le geste par le robot
00:25:23
on augmente la vision grâce à la réalité augmentée et demain on va augmenter les capacités cognitives du praticien
00:25:30
cette capacité cognitive augmenté c'est l'intelligence artificielle qui va procurer
00:25:34
vous avez présentation de votre sony hier on travaille sur les images pour ça
00:25:38
et pour vous donner un exemple très concret de ce que ça donne
00:25:41
on a demandé un ordinateur de nous prédire un temps auto opératoire si vous demandez à changer vous dira c'est impossible
00:25:47
alors ma cessation opérations simples visites publièrent on a donné à manger à l'ordinateur
00:25:53
un grand nombre de vidéos opératoire et nous a trouvé quelque chose qu'
00:25:55
on ne savait pas c'est que sur les équipes billy à cette étape clé et ce que vous voyez la scène opération de dixhuit minutes
00:26:03
avec en blanc la prédiction du temps opératoire et en rouge la réalité
00:26:08
et voyez qu'on est capable de prédire à très peu près le temps opératoire sur des actes comme cela
00:26:14
avec uniquement comme information d'entrée des vidéos qu'on a fait manger au système et qu'on compare in vidéo de
00:26:20
55 minutes et vidéos de dixhuit minutes dans son compte qu'en effet on a bien les mêmes états
00:26:25
et ce qui est aussi intéressant c'est que quand vous allez rentrée nouvelle vidéo
00:26:28
vous allez pouvoir automatiquement indexé y'a pas besoin d'aller cliquer pour
00:26:32
dire tiens ça c'est elle phase le systeme automatiquement ce qui en termes pédagogique
00:26:36
extrêmement utile mais aussi en termes d'assistance père opératoire d'être utile
00:26:40
vous êtes en train d'opérer vous êtes un peu embêter un souci dans votre opération vous demandez au système in assistance en ligne
00:26:47
il va se connecter à une base il veut dire ben voilà dans telle situation l'expert a réussi à faire cela
00:26:54
vous savez d'une solution pour toi mais surtout demain savais tu tour de contrôle automatisé
00:26:59
il a permettent en amont de prédire le temps de vol mais pendant le vol de vérifier que tout se passe bien
00:27:04
donc on va avoir une assistance de plus en plus important de l'informatique c'est grâce à cette augmentation merci pour votre attention
00:27:18
très impressionnant au taux plein ayant visité le
00:27:22
l'institut c'est vrai que mes mots orléans vu deux ou 3 fois jusqu'à
00:27:27
chaque fois de suite les dépenses cette technologie mais il est question dans la salle
00:27:33
merci beaucoup pour cette présentation passionnante gêne question eux concerne un petit
00:27:38
peu le népal pleine automatisée pour préparer des opérations de surgit
00:27:43
ça veut dire que vous en montrer par exemple avec le
00:27:46
le foie droites et gauches quitter l'eau dans la confusion
00:27:50
estce que ne commence que vous assurez en fait la qualité bus segmentation automatique des structures demandant le froid
00:27:57
les commerces que c'est un problème après lorsque le chirurgien se
00:28:00
confrontent avec peut être une erreur de prédiction de
00:28:04
structure alors là pas ce problème d'erreurs de prediction par ce qu'on a pas les cellules un seul
00:28:09
enfin plutôt la machine c'est dans cette histoire c'est la segmentation et en
00:28:12
partie automatisé mais on a toujours un rétro contrôle derrière par eux par eux humain
00:28:18
de ce qui fait et des corrections à la main de ski f. s. pour 5 ans à créer un service d'ailleurs le vendre logiciels
00:28:24
comme tout le monde on a créé un service vous envoyez votre image
00:28:29
et au sein de ce service on a des spécialistes du traitement images sons de mani prado formé à ça
00:28:33
qui vont utiliser les logiciels et finaliser la reconstruction la corrigeant ensuite un deuxième année double contrôle
00:28:40
keefe regarde ce qui a fait le premier ministre qui vérifie et ensuite se renvoyer aux cliniciens qui luimême vérifier
00:28:45
on a jamais eu de problèmes en fait que vos relevés de du fait de se faire de ce processus qui d'
00:28:50
ailleurs et certifiée i. s. est donc à la fois aux états unis en europe pour l'ensemble du corps humain
00:28:58
votre question toutefois le 22
00:29:05
merci maman encore représentation c'est vraiment fascinant
00:29:09
juste pour eux filer la métaphore avec le système aéronautiques à la fin prêt pour eux le vol debrief
00:29:15
et je me demandais comment vous utilisiez justement cet outil qui permet de voir en temps réel aussi toute l'action du chirurgien
00:29:22
on peut être d'utiliser sa commune aide pour finaliser raffiné encore plus son geste et voit peutêtre
00:29:27
ou que cette prédiction l'erreur ou de prêt alors qu'il a d'abord
00:29:32
un dans leurs 20 ans un planning opératoire qui fait par celui qui opérait
00:29:36
ensuite c'est présentée au staff le matin à l'équipe donc tout les matins
00:29:40
utilise des logiciels pour montrer ce qui est faite la discussion des gens en équipe
00:29:44
et ensuite si utilisé pendant l'opération et puis après l'opération comment filmer tout
00:29:49
mais compris on a la boîte noire aujourd'hui disponibles on peut revenir sur ce qui était festive des problèmes pour pouvoir corriger
00:29:55
d'ailleurs de je pense que dans l'avenir la boîte noire sera obligatoire dans le bloc opératoire c'est pas le cas aujourd'hui
00:29:59
sauf que non et à leurs cadavres kadhafi les opérations pour pouvoir éventuellement les mettre sur le site web
00:30:04
serge gay gratuit au passage voulait des informations sur comment se fait un acte opératoire changer mieux vivre
00:30:10
il s'agissait totalement gratuit multilingue n'hésitez pas donc on les met ses recherches certaines vidéos qu'on a considéré
00:30:17
intéressante que ce soit à ce que l'accès bien passé mais parfois aussi parce que là c'est bien passé
00:30:21
qu'on a pu corriger un problème qui s'est mal passé c'est très pédagogique ça aussi ça permet aux élèves de
00:30:26
dire ah tiens si j'ai un jour ce problème je pourrait résoudre voilà comment fait aujourd'hui pour utiliser ces systèmes
00:30:32
je prends bonne question
00:30:35
bonjour et merci pour cette belle présentation estce que vous avez été confronté a donc pas seulement
00:30:41
à ce domaine dans le domaine de l'impôt et en particulier du visage plus que
00:30:45
pour les normes pour les numérisation 3 d du village quelque chose qui aujourd'hui il est assez
00:30:50
précis compris pratiquement jusqu'à eux je dirais la surface de police et de la peau
00:30:56
et dans le cas de la problématique lors du traitement du relâchement de son permis connivence ou par chirurgie
00:31:02
du visage on a du mal à eux en tout cas
00:31:05
prévoir en tant qu'opérateur peut le rendu du traitement
00:31:11
et donc les différentes étapes et mon a souvent dit d'ailleurs que les
00:31:16
livres deux était pratiquement bien que standardisée des pratiquement à influer de façon
00:31:22
en temps réel et sans réelle rationnelle entre géorgien alors deux dans
00:31:27
ce domaine ce qui induit des expériences merci à la
00:31:31
je ne travaille pas du tout source de référence que vous avez compris aux images que j'ai montré
00:31:35
on peut en effet imaginez qu'on puisse utiliser ce genre de systèmes dans ce domaine
00:31:40
par exemple les dernières caméra ergibt dès qu'on utilise qui coûte assez cher certes mais
00:31:44
sont extrêmement performantes sont à 0 un mm de précision pour la partie reconstruction surface
00:31:49
avec un vitesse rafraîchi soit 24 images donc cette crème extrêmement performant
00:31:54
donc ça pourrait en effet être utilisée s'intéressant ce que vous proposez faudrait le joindre
00:32:01
système de la peau avec l'anatomie sousjacent presque évidemment le problème des pas qu'au niveau
00:32:05
de la poésie mais aussi sur les données sur les tendances sur eux les nerfs
00:32:09
eux qui sont sousjacents et qui en fait devant entraîner les problématiques vous avez je pense qu'aujourd'
00:32:12
hui le problème qui est posée c'est surtout comment je vais pouvoir intégrer image anatomique
00:32:17
dans un système complet alors qu'aujourd'hui en a pas toutes les structures anatomiques visible dans l'image médicales ainsi notamment le cas des mers
00:32:24
on voit très peu de mer finalement à partir de l'image médicale dans ces systèmes donc ça c'est des
00:32:28
travaux en cours la partie mère eux qui sont encore en train de développer par une atonie réellement complète
00:32:33
ça viendra avec le temps je pense et évidemment les compris ce qui compte c'est d'avoir le modèle
00:32:38
et quand vous avez un modèle à la base démontraient une partie du modèle quitter géométrique
00:32:43
évidemment derrière aussi des modèles biomécanique avec de l'élasticité des tissus
00:32:47
davies qui avait été cité pour les organes comme le foie
00:32:50
donc ça aussi ça fait partie de ce qui est derrière je crois plutôt montrait bien sûr en si peu de temps mais ça fait partie des choses essentielles à développer
00:32:57
donc je ne sais pas honnêtement si ya des choses qui ont été faits spécifiquement sur la peau

Share this talk: 


Conference program

Mot d'introduction
Sébastien Mabillard, Coordinateur projets e-health, Fondation The Ark
8 June 2017 · 6:05 p.m.
265 views
Les Technologies Cognitives ou l'Homme Augmenté
Jérôme De Nomazy, IBM Suisse
8 June 2017 · 6:09 p.m.
Les Technologies Cognitives ou l'Homme Augmenté - Questions du public
Jérôme De Nomazy, IBM Suisse
8 June 2017 · 6:41 p.m.
Mot de bienvenue
Sébastien Mabillard, Coordinateur projets e-health, Fondation The Ark
9 June 2017 · 9:04 a.m.
Présentation de Swiss Digital Health
Frédéric Bagnoud, CimArk
9 June 2017 · 9:07 a.m.
Présentation des instituts de recherche HES-SO Valais-Wallis
Laurent Sciboz, directeur Institut Informatique de Gestion | HES-SO Valais/Wallis
9 June 2017 · 9:11 a.m.
Virtually Better: How Virtual Reality is Easing Pain, Calming Nerves and Improving Health the Drug-Free Way
Brennan Spiegel, Director of Health Services Research, Cedars-Sinai Health System
9 June 2017 · 9:21 a.m.
112 views
Augmented Reality-assisted surgery
Luc Soler, Directeur de la R&D et Professeur PAST, IRCAD, IHU
9 June 2017 · 11:22 a.m.
115 views
Réalité virtuelle dans le traitement des troubles mentaux
Eric Malbos, Psychiatre et spécialiste du traitement en réalité virtuelle, CHU Conception
9 June 2017 · 11:56 a.m.
139 views
La Simulation Numérique pour les Professionnels de Santé
Xavier Abadie, Directeur du Développement International, SimforHealth
9 June 2017 · 12:28 p.m.
AR for different medical use cases
Antoine Widmer, Professeur HES & co-fondateur d'Adventures Lab
9 June 2017 · 2:04 p.m.
Augmented reality for medical applications
Henrique Galvan Debarba, Chercheur senior, Fondation Artanim
9 June 2017 · 2:15 p.m.
Virtual reality solutions for stroke rehabilitation
Andrea Serino, Responsable de la recherche en neurosciences, Mindmaze
9 June 2017 · 2:34 p.m.
Virtual Reality combined with haptic robotics for rehabilitation
Aurélien Fauquex, Directeur Exécutif et co-fondateur, Lambda Health System
9 June 2017 · 2:48 p.m.
Creating a valuable user experience for nursing home inhabitants
Roel Smolders, Directeur Exécutif, Active84Health
9 June 2017 · 3:05 p.m.
TABLE RONDE : Quelle innovation pour la santé du futur en Suisse?
Eric Beer, Henning Müller, Pascal Detemmerman, Victor Fournier, Resp: Head of Customer Engagement e-Health (Swiss Post), Professeur en informatique médicale HES-SO Valais-Wallis, Directeur Exécutif SwissEnov, Chef du service de la santé publique du Canton du Valais
9 June 2017 · 3:20 p.m.

Recommended talks

Décision assistée par ordinateur: de la donnée à l’information
Dr. Dominik Aronsky , Université Vanderbilt (USA)
7 June 2013 · 11:58 a.m.