Embed code
vous merci à l'ensemble des conférenciers qui ont traduit des
des objets j'allais dire très intéressant et très actuelle donc je crois qu'on doit
les féliciter d'abord pour avoir emmené les étudiants je dis bien emmené au
je fixe vers les années sur des terrains eux qui sont pas nécessairement toujours des terrains un simple
et puis facilement saisissable lorsqu'il faut dire merci de ce point de vue la par ceux des deux côtés on
a eu deux problématiques de sociétés qui sont deux projective aujourd'hui totalement fondamentale alors je vais revenir un peu
alors évidemment moi je suis politologues alors en tant que politologues et lui dire
je serais plutôt un partisan des digitaux et concrète j'aime pas j'
aime bien les utopies blessures conscience politique on a besoin d'utopie
je rappelle que si l'utopie l'utopie simplement un espace caisson propose quand même important de rappeler
donc ça sert un espace qui n'a pas du droit qui n'a pas de lieu
et le fait qu'il n'existe pas en tant que lieu permet de réfléchir à
ce qu'il faudrait faire un cessa le sens originel du mot est plus important
alors du coup j'aurais des questions ou des remarques je poserai un peu des deux côtés mais
qui sont des remarques effectivement plutôt de politologues servir de considérer que la fabrication de la ville
ou la fabrication de l'urbain eux ne met pas je n'ai pas malheureusement
peut être les pas propres au métier d'architecte d'urbanisme et que ces dunes
aucune réalité sociopolitique un bien évidemment et dans lesquels il ya des acteurs
et peu estce que je reproche un peu moins un enfant donc politologues 7 si l'absence d'acteurs derrière tout ça
un peu sac imaginez alors sur le premier exposé moi j'ai donc sur l'urgence
très bon travail un d'eux mais jésus 3 point de questionnements qui tue
pose pas problème équipe qui pour moi devraient être à approfondir le premier c'est ce qui est élu sur cette
construction l'interface avec cette magnifique image en disant voilà on est là pour faire de l'interface entre eux
de l'informel du formelle de l'équipe du sur i. p. mais je veux dire faut me semble til dans
le champ quand même du dans le champ de l'urgence les acteurs de l'urgence avec vous
rayé sont d'abord confrontés à une question clé qui essentiel équipe qui pas
le faire le link départ qui justement de gérer paradoxalement de façon paradoxale
la diversité des cultures pour éviter que les grands eux mêmes sont venus
veut à travers des conflits en rapprochant trop rapidement les communautés à
je rappellerai que la chair son gros soucis ces copies faire qu'en afrique c. de bureau et ce que je mets
l'étude qui vous exprimer vous ne souhaitez pas du tout les mélanger si les mélanger tout de suite la guerre
donc si au contraire une stratégie d'acteurs quinn strategies de
la séparation et la gestion intelligente de la séparation alors
je pense je pense à beyrouth aujourd'hui vous pouvez palais à beyrouth en imaginant pouvoir refaire
un camp de réfugiés mixte chiites de l'unit'e ou avec des palestiniens en milieu
la suède vissé la guerre tout de suite donc première question estce que y'a
pas dans ce processus la et gestion temporelle temporel qu'un peu plus complexe
premier point deuxième point c'est sûr évidemment là je du resté très drôle je pas sociologues
question sociologie anthropologie c'est bien lire l'exposé sur l'apprentissage des techniques un comment faire pour faune
technique elle n'existe pas comme technique mal à dire oui il existe un marché ainsi
dire ça marche et la technique elle existe à travers
des opérateurs mal notamment tout ce qui aujourd'hui internet etc
mais y'a bien la question de la socialisation la technique audelà si l'opérateur
et là oui alors quelle s travail qu'il faut que vous fassiez vous
en tant qu'architecte urbaniste pour aider opérationnalisés la technique c'estàdire la rendre utile la rendre
l'arrange érable et la rendre appropriable assassin à mon avis c'
est quelque chose qui est encore exister qu'exister sous d'
autres formes de 50 ans a par exemple savoir dans un camp de réfugiés ou estce que l'on met l'eau
ainsi les grandes questions d'anthropologie techniques d'anthropologie culturelle et ça je pense que ça doit paraître
et puis la dernière question qui m'interroger je crois qu'il faut
je suis très très sévère même pas pour vous bien sûr
je suis très sévères pour eux pour nos politiques au sens large allant des îles personne jugée
qui peut croire aujourd'hui éclairé je me suis rien vous rentrez civile absurdité totale
fidèle à dire que l'on se retrouve dans une situation aujourd'hui les états modernes ne veulent pas gérer le problème
alors qu'en réalité tout le monde sait très bien qu'on va devoir le gérer parce
que y'a rien et à la l. a. guerre s'arrête pas et que ces
gens là ne rentreront pas avant sa mise en ne pourront pas rentrer un lorsque les conditions
sont parvenus donc ce qu'estce qui explique que l'enjeu fondamental je crois le rouleau
renversement du regard qu'il faut faire aujourd'hui c. c'est de dire de se sont plu les réfugiés ce sont des gens que
l'occident doit accueillir massivement 9 autres les conditions et ensuite à la
fois les former alors là je pense que devient un enjeu
pour les architectes urbanistes fondamentales que vous esquissé après lorsque vous avez dû surtout si
microsystems éthique et très intéressant qui effectivement de fabriquer du sens future
pour aider au retour et que je sens futur choix soit du
professionnel soit effectivement l'accès au travail soit excès les cultures
donc l'architecte urbaniste durée pour moi et les fruits les niveaux c'est tout à
votre honneur il est très important parce qu'à travers la question de l'habiter
au sens aérien de prendre possession de trop mondadori et
la question évidemment de la construction de l'autre
pour que l'autre jour et puissent reconstruire son pays et ça c'est un processus culturellement les 10 15 ans donc
la question et d'urgence à elle travaille un peu vous l'avez travaillé muet elle interroge avec immense
ce concept la d'urgence de façon plus subtil votre plus subtil vous
l'avez vous avez été subtile mais plus complexe et je pense
que ça c'est vrai question a fait un peu les 3 points puis je peux et je me pose tout de suite
l'apport mon voisin donc sur le deuxième le deuxième temps des exposés ben là j'allais
dire c'est un peu les mêmes remarques c'estàdire je suis très sensible à votre itinéraire
et pour moi je dirais de référence commun précitées mais quand je parle et
qui grenoble vous faire partie que par l'itinéraire je pense la perse anso
donc je crois que le travail que vous avez fait de subtilité ces parcours tous absolument fantastique si bien
mais j'allais virgin réalités socioéconomiques derrière et du grand même genève aujourd'hui
on le voit dans la rue en passant dans la rue supplément chantier
devenu cités et villes dont tout le monde se plaignit au fond qu'il n'avait
pas de chantier et maintenant nous en 12 nous sommes dans une surabondance du chantier
alors forêt s'interrogeait là aussi je dirais sur
sur ces espaces sur ces tiers espace qui sont
aujourd'hui des espaces vêtements de villas avec des gens plutôt âgés avec des pressions foncières extrêmement fortes
bien évidemment de la part des promoteurs du système privé pour justement les aménager et là je dirais
peut être de ce que j'aimerais faire au fond de moi j'ai enseigné dans les écoles
en temps et que j'ai toujours reproché aux écoles si quelque part qu'elle n'avait pas vers les acteurs
vêtements la construction qu'on reste dans un débat architectural je pense que les acteurs
architecturaux tels que vous êtes trop urbanisme survivre la foi et vers les promoteurs
bien vrai enjeu culturel la de former de discuter hein et vous conseille trop
de ville de basse intensité il mériterait aujourd'hui être éprouvée
auprès de la demande des actes des vrais acteurs puisque le rédacteur pour moi c'est le promoteur
voilà alors c. un peu soidisant voilà il ya plein d'idées vous avez fabriquer
des laboratoires d'idées un vrai laboratoire du décès fantastique presque suivi dont a besoin
elle manque aujourd'hui vous esquisser les étudiants esquisse plein de petites
puisqu'ils sont reprises ailleurs aujourd'hui sur les questions de logement
mais jusque là pour en parler puis aussi spécialiste sur la lune les transformations des logements demain parce qu'on
va aussi pour des raisons d'économie d'énergie à devoir changer toute notre appareillage conceptuelle sur les logements
les logements partager les logements les logements flexible qui reviennent à
la mode qui vont même plus sympa immobile se réunissaient donc
donc on voit vous articulé plein d'éléments fondamentaux de la transformation de notre vivre ensemble de demain
mais je l'ai dit hayek qui a une population plus embarqués sur les promoteurs autrement vous
a jamais et ça je pense que c essentiel et puis je pense que
pierre cité qui traitait des promoteurs tu connais problème voila donc je peux aller plus loin je dans la poche des données
merci mais merci au jeune revenir sur le premier projet
celuilà la situation d'urgence en prenant alors vraiment
si vous voulez très au sérieux l'aspect pédagogique
passe effectivement c'est placé les étudiants dans une situation d'
urgence et rend faite dans une situation ils doivent aller très vite
avec très peu de moyens et là on voit que dans les exemples que vous prenez dans
la manière dont vous avez nourrit les choses y'a quand même parfois un glissement
et que je trouve très intéressant parce que la situation d'urgence c'est quand
même si elle est caractérisée par des gens qui sont dans le confort
même si on leur alloue dans un espace de temples réduits moins de moyens
ils agissent depuis leur confort et ont fait petit à petit
avec certaines illustrations on arrive vers une autre situation
par exemple quand vous montrer les deux cartes sur l'afrique avec
d'un côté les lieux de production d'électricité et de
l'autre les zones du mobile phone là pour moi un événement sur tout autre chose qu'il situations d'urgence
et on est sur eux une pédagogie qui peut être de faire comprendre unes des situations qui pourrait nous attendre
à l'avenir et peut être dans un avenir pas si lointain que ça pour ma part j'ai
vraiment beaucoup de peine avec le schéma classique de l'idéologie du progrès qui ferait que si voulez
le mouvement la société nécessairement linéaire et qu'on va pour se développer verra
hightech de plus en plus hayes et sage et beaucoup de doutes
par rapport à sa et je l'ai on va dire aujourd'hui ça c'est déjà en train de se passer comme ça
le nos sociétés occidentales du futur sont des sociétés qui risquent
très problèmes endémiques c. a. annuel médium et lowtech
et là on est tout à fait dans cette situation où le bal phone
c'est vraiment comme du hightech ne cessent que par rapport aux matériaux
eux qui eux qu'il intègre mais on a des solutions production
d'électricité qui sont très lowtech et on a le mélange
des deux et saas sur le plan d'urbanisme du futur c'est quelque chose qui pourrait être très intéressant
donc dans la pédagogie vous faites on passe d'une situation classique du
dominant confortable qui vient aider celui qui dans la mauvaise
à une situation beaucoup plus général où les difficultés peuvent se répandre
où effectivement on peut imaginer un monde flux tendu et notamment un
monde qui va être beaucoup plus resserré en termes de ressources
et donc du coup l'expérience pédagogique elle va audelà de la situation d'urgence
l. l. elle ouvre vers le futur et offre un feedback le plus
proche qu'on le croit et singer trouvé sympa si voulez
extrêmement intéressant sur le plan sur le plan
pédagogique encore une fois pour autant qu'aussi on dépasse
la situation d'urgence et puis pour l'autre l autre exposés alors
dans les camps de rien un coté très poétique un
dans l'inventivité des étudiants mais imaginons que
les habitants qui ce choix si vous leur avez fait partagé par exemple celui des scénarios
ou les piscines 6 se trouvait aussi habitée par
des poissons ou les jardins par des moutons mais
franchement là même les acteurs de la city auraient voté pour le moins excitant je pense que la
bien que large social qui est relativement basse que
les étudiants euxmêmes ont revu lire audi un
petit peu la situation dans ce qui se sont pas ma prenez la porte aussi dans une
afin de ne pas parler de banlieue occurrences a même pas
un endroit extrêmement puissant et être effectivement très fort le
le garçon devant la et par ce que vous le végétal devient du béton
et le végétal et du but aussi sur un plan mental sévère condé dans des lieux on a des codes extrêmement rigide
et donc vos étudiants se sont amusés à détricoter les codes là effectivement la remarque vous faites sur l'
ensemble des acteurs étape vitale parce que je pense que le 11 on les aurait mis dehors
assez rapidement dans dans certains quartiers alors
la là aussi ce qui puisque vous avez compris un contexte qui est un truc qui
m'était croissant alors je sais pas ce que vous entendez par là mais
en tout cas ce qui est intéressant dans l'usage c'est qu'on
défait les codes et on ressent une certaine polysémie haut lieu aux fêtes
et ça j'ai trouvé vraiment très intéressant mais je pense que la question quelle forme d'ironie
et ce qu'elle est consciente de chez vous enfin j'imagine chez les étudiants comment
on sont ont vécu leur petit jeu si voulez de détricotage qui va largement audelà
enfin on ou qui met en évidence toute la complexité de l'urbanisme
où l'écosse entremêlent loi au travers de discipline finalement on envisage donc les autre
et puis on était pas très loin si je met vraiment en relation avec les acteurs aux
guerres dont vous avez parlé hier j'imagine un peu la virulence de certaines réactions
nous vous
merci beaucoup pour ses commentaires je vais commencer que monsieur balz peut paraître plus d'accord avec vous
peut être qu'amènerait une ne peut pas ce qu'on fait ce qui m'intéresse principalement dans mon métier ses
devoirs que dans des situations humanitaires on développe des solutions lowtech
qui serait extrêmement fantastique ment adaptable à nos situations
on les submergé par des réseaux centralisée desquels on est totalement dépendants et on voit que quand ces réseaux disparaissent on est un moyen
une petite chose que je rajouterai sait que des choses qui a
nous semble hightech sur le terrain sont considérés comme l'hôtel
par exemple le paiement par téléphone quelque chose qui n'existe pas en suisse par exemple c'
est quelque chose qui considéré comme du banal dans beaucoup de pays du monde
les téléphones que nous on considère comme des objets encore très
hightech sont que sont vraiment le quotidien des réfugiés des migrants
banking il allait je pense qu'il faudrait rajouter dans votre remarque la perception
de la technologie et dans la production d'électricité et se protéger 1'000 applique l'
empan empathie pour en fait c'est pour moi de la haute technologie
mais ces lots techniques dans la dans la dans le comportement humain mais je possède
un des thèmes qui nous intéresse principalement pour eux ce qu'a dit monsieur
bowis le au niveau des interfaces décolle critique sensitive management évidemment vous l'avez dit vous
même extrêmement complexe on sait plus faire des murs qu'eux de l'intégration
vous avez raison on cherche bien sûr dans un premier temps à séparer les
gens qui ont potentiellement vont être en ont été confiées mais comme on
sait très bien qu'encore l'amour la durée de viande inconscient andine c.
a. après 15 ans a 20 ans on doit gérer l'intégration
c'est cette question et elle a l vous avez aussi mentionner que ce
qui m'intéresse beaucoup je pense que l'architecte témoin protagoniste un interprète
car aucun créateur d'un créateur de lien je pense que c'est quelque chose qu'il faut qu'on apprenne aux étudiants
on enseigne aux architectes d'être des faiseurs
mais les problèmes solutions sont déjà là il faut qu'on leur apprennent à être des metteur en contact
et ça rejoint ce que vous dites au niveau de l'apprentissage des techniques ces techniques elles existent
on a pas besoin d inventer il faut les aider repérer et peut être le rôle de l'
architecte l'intelligence de d'être un peu ce chef d'orchestre qui repèrent le sont
juste par rapport aux sons pas juste et qui met en valeur ça je pense que c'est fondamental
vous posez la question du droit au retour j'ai beaucoup travaillé au
liban on est confronté à ça et à la nécessité de faire
de travailler sur le 7 ambigu turque la permanence et temporaire
on a pas le droit de faire un camp permanent parce que le politique la population locale ne veut pas
on est obligé de faire du tronc de du du non permanents visuellement
mais on sait que c'est pour pour 20 ans mais le monde politique nous interdit de
le faire et j'ai eu ce problème au liban où on savait que c'était beaucoup plus
socialement extrêmement risqué de faire des abris non permanent mais que c'était le seul moyen qu'
on avait presque tout le la collectivité école allez les plaies des blés politique etc n'
aurait jamais accepter qu'on construit quelque chose qui avait une image de permanence mais je
pense que le droit au retour le mouvement d'aider des gens qui veulent revenir
l s et de nouveaux caisson perception les syriens qui sont ici il
s'ils ont mis tout les jours qui rêvent de retourner mais
savent aussi au fond de qui vont rester ici 10 ans et ça co à l'architecte de gérer cette ambigu un 7 ambiguité
par ce qu'on vous savez comme moi que les palestiniens garde la clé de leur maison
ils savent qu'ils aient retournerons jamais non pas leur enlever cette clé parce
que c'est un symbole comment l'architecte gère cet essai complexité
sait exactement ce qu'on fait enseigne je vous remercie d'avoir mis le doigt là puisque c'est vraiment dès l'époque implémentant storage
oui l'un alors merci beaucoup pour toutes et si retour
cette question et particulièrement pour avoir cité pierce anso
ayant fait ni comme monsieur jourdain en fait parfois des choses sans le savoir
ou peutêtre que les choses infinie de parties d'autres ni
l'un deuxième promotion du masters i un étudiant
qui en thèse écoulement quarantaine sur pierre sens donc il n'
a pas émergé de nulle part cet étudiant émis
donc les liens sont la tête campbell et jusqu'à se poser
la question si apparaît unique oeil de l'imaginaire chronos blois
oui et aimer aller voir aussi qu'on arrive en vienne
grenoble annecy persan sault sainte jeanne était mon professeur indirectement
peut être celui de nicolas mais y'a quelque chose qui ceux qui perdirent qui s'est développée
il semble plutôt s'en réjouir ont regardé avec attention
les interrogations alors dans des un
inscrire le l'approche par exemple qui n'est pas en question qui nous a été posée sur la réception
louer de ce projet par exemple avec les piscines léon
ce qui a ses étonnantes découvrir ce que j'ai qu'on a pas expliquer alors ainsi que ses projets
émerge des rencontres de ce groupe évitement des rencontres avec la 0 un nokia tout internet photos
des rencontres avec les impasses et puis dis maintenant était parti pour rencontrer les gens ayant
fait des rencontres des murs et donc ici ils discutent ayant fait les gens lundi annonce
on voudra surtout passé avoir des nouveaux habitants enfin cette
intelligence ainsi surtout les immeubles avant et des immeubles
drosbach on veut bien oui à la limite de ses biens bonaparte estce qu'il propose aussi un projet
d'entendre un tout ou en a pas à expliquer tout projet ont ainsi session effectivement événement qui
les points frictions finalement élire mais bizarrement fête ses 50 ça paraît bizarre
maintenant a posteriori née le projet émerge de ces rencontres la
alors que contrôle expose comme sens ben là ça va
lever 0 un bouclier etc si vous souvenez
pour cet été présents lors de la table langues pour une semaine et l'idée était déjà là
elle était là c'est ce qui nous ont présenté validé dans
20 ans pour animer des boutons etc et les retours
était plutôt positif et comment garder alors je pense que les
étudiants étaient même était assez surpris que ça passe
finalement et incidemment jusqu'où ça passe et qu'estce qui bloque et comment ça pourrait
faire qu'un jour éventuellement des choses comme ça piste émerger ici ou ailleurs
et ça je trouvais ça c'est bon de leur part à ce qu'ils sont tenus comme en attendant la langue ont essayé de voir si
vous pouvez revenir sur la question mais des actes art un
je rappellerai que c'est un temps très court de travail donc de moins que les étudiants
hein on a essayé de ne pas utiliser le mot akterre avec eux parce que
ils sont très sensibles à un site s'insérer dans un réseau d'acteurs
par ivan juste après des professionnels donc bien comprendre comment ça se passe trouver leur place
mais quand même intensité pour devenir un acteur comme les autres qui fait bien son jardin
n on aura louper quelque chose de la formation en dernière année
donc on essaye de laisser très délicat d'arriver à les faire questionner sur
le rôle des acteurs tout en essayant de les sensibiliser à qu'estce qu'un acte un book
en effet pas utiliser le mot acteur pas trop aider
ceux de l'essence signé au rôle de chacun
donc c'est pour ça que tout autant ils ont rencontré va des habitants
et partielle très peu sur cet atelier l'amicale anime je pense
que quelques élus alain a déjà engagés dans la société qui paie des
techniciens pour percevoir plutôt le rôle de chacun et les possibilités de
faire bouger les choses parce qu'évidemment c'est par un mystérieux des étudiants ayadi
des sociologues et des designers interdiction était incertaine i. jusqu'au fond d'eux
des paysages des architectes et urbanistes donc séparément la discipline du dessin qui
qui prédomine dans cette promotion pas du tout hypothèse même de l'information et
de et bien d'essayer de les dépasser déni des éventuels clivage disciplinaire
pascal relecture et à ma
oui je vous et moi de ne pas faire partie des orgues de vous et vous donner un avis mais quand même en données un
si plutôt des unes questions pédagogiques concernant le sujet sur l'urgence
je trouve absolument approprié juste préciser que dans le cadre de la
politique d'évaluation des prospectives de recherche que le ministère de la culture française menée
on a identifié dans le champ de l'architecture la question du rôle de l'habitat d'
urgence ou de questions d'urgence comme étant une lune une vente point très fort
et donc je trouve que vous êtes sur un sujet vraiment important
mais c'est presque plutôt une question pour monsieur de bono c.
vous avez des étudiants que vous allez mettre dans une situation de confrontation avec eux la question d'urgence
estce que vous faites bien attention sur la
manière dont vous lie confrontés par l'expérience
un c'est cette situation particulière lorsque
jeu de mots mon expérience de ce type de situation et de l'enseignement montre que
c'est presque de lors de l'entraînement militaire dans cette situation à qui veut
dire qu'on est dans quelque chose ou faut préparer les gens à
à fonctionner différemment et jeunes bien remarque qu'était faite de pas fonctionner deux leur propre confort
peut dire jusqu'à quel point vous les mettez aussi dans la situation d'urgence et
et quelles expériences apprentissage expérientiel vont
faire à travers cette formation
oui alors effectivement peutêtre précision départ c. cq
indépendamment de tout ce qui le tout les problèmes qui se pose donc pas parler
très bien et pouvoir en bons et qui sont sur le dire son sang
mots clés confrontés quotidiennement ici si on s'intéresse et si on veut confronter des étudiants
ici en suisse à cette question l'un et c'est qu'on va dire cet intérêt pour
cette question là on va dire atteinte d'une dizaine d'années c'estàdire avant conway ici
aussi proches envoi directrice migratoires comme on la connaît c'
est d'abord un peu comme justement pour essayer
de comprendre ce qu'on peut apprendre nous de ceux
de situations eux jusqu'à aujourd'hui expérimentés ou
ou des apprentissages effectuées sur les terrains étrangers s'agit pas de confronter directement les étudiant
toute la dimension de la crise humanitaire que ça représente pas ce qu'on ne juge
pas capable et on a pas on peut pas avoir cette ambition là donc que
l'idée c'est plutôt se dire comment qu'estce qu'on peut apprendre de saint
de toutes les manières dont sa scène pression je voulais juste apporter peutêtre
de manière générale aux différentes remarques ont été posées sinon on n'
a pas compétent maintenant par rapport aux étudiants alors pour l'instant
les deux exercices qui ont été menées le sous la direction de
d'ivoire ambon il avait d'ailleurs une fois monsieur b. lynn qui était l'un est caduque partir je crois qu'a
participé aussi à ça pour dire qu'à de nombreuses personnes qui ont de l'expérience dans cette question ici à genève
l'urgence effectivement les thèses sur eux in semaine une centaine
d'étudiants ont eux qui devait d'un côté suivre
d des exposés des conférences et on en tirer quelque chose à faire un retour làdessus et produire en deux semaines
un projet donc 0 un projet qui soit qu'on va dire
utile utilisable l'on va dire que le côté irène
était évidemment le la situation n'avait imaginé des
d'ailleurs des situations de crise diverses causes naturelles
cause migratoire causes accidentelles pas uniquement liée à
une crise migratoire donc c'est aussi important sort que ça peut toucher des gens
j'habite déjà ici et pas forcément seulement des gens qui doivent eux
émigrés donc que de ce point de vue là où il la
rapidité de ses jusqu'ici certaines semaines maintenant le projet qu'on
se propose de commencer maintenant va être un peu plus long
on va être sur une période de 3 mois pour voir ce que ça donne que par rapport à sa par
rapport à cette question purement d'urgence sortir ça amène le deuxième volet de ce que j'ai
expliquez aux tout débuts c'estàdire qu'eux travailler sur ces questions là dans un contexte académique
en dehors de toute contrainte prescrit voilà un bien au chaud c'est aussi l'occasion
de prendre le temps de la réflexion et d'essayer de comprendre d'apprendre en fait de
toutes ces situations la donc assez de choses qui vont eux se faire en même temps
pour un con en complément ou les biens compris les projections sont sur la table et
on a beaucoup trop et le but c'est justement de gérer de tout poser et
de laisser les choses un débat à eux dans uniforme pour l'instant qui évidemment intermédiaires
je crois que moi ce qui me surprend qui nous a surpris 6 que surpris les étudiants
par rapport au territoire français sait qu'en centre dans un
territoire où la chose publique n'est pas évidente à trouver
on a d'abord des parcelles privées de questions agricoles où habiter et donc
je crois que sans même que nous nous assistions à ça
ils sont mis à travailler sur la chose publique en regardant qu'estce qui peut devient l'
espace public qu'estce qui devient du commun au sens le plus dur et
tendances actuelles mais peut être temps en temps ils ont rêvé à trouver ce que
victor thorn et rappelle les communistes as c'estàdire ces formes de moments
partager mais qui relève pas d'une définition du commun ni de l'espace public et de quelque soit
je trouve la qui intéressant et sur lequel le territoire était assez durs pour ça pour nous
par rapport au territoire français et enjeux sur l'action de l'utopie c'est vrai que
nous leur inciter jeanchristophe bailly qui ait pour seule cette angoisse ça marche aussi assez bien 7
l'idée que ne le pourront territoire situé un papa en général utopie pour glisser
c'est pas le sang lieu mais c désigne la totalité de ce qui manque aux lieux pour qu'ils puissent former un monde
et voilà exactement et du coup sont parties à la recherche un peu de qu'estce qui pourrait faire monde à ces endroits la voix
est très bonne remarque très belle définition de l'utopie je vous invite
donc ben y'a aucun des questions un un an
donc un et oui belle salle
AI s. machinisme hésita un t a t
les charges fixes les uns et le privé soif à votre déjeuner
chez eux ils furent la proie échéance à hanau teen
bosnie a way of course reuss exister arsène
t nous ne pouvons auraitil lyonnais chien sur 3 est un effet jusqu'à la
loi pénale qui firent perdre le nord assez
most wanted had soares makuuchi nécessite 7
à CSDV filigrane cessera northern gateway a un ecosse
richard w. effigie et g. pékin par compassion à vichy formés qui ont
n un split pour lequel j'ai pu effigie faut vraiment qu'un seul changement que les codes 9
à l. p. qui a entouré des uns et wifi j. evans tout l'armée fidji is
décret n deux au business estce que le sacré stage apps tour
lame soft klaus fordham sa hausse no 7 burdet sauf estime
à un empire helene je forme donc 1'006 n furent là est le cas d'actif immobilisé
jean des dessins avec les kosten semaine eux ils sont malheureusement la se retrouver à plein
temps surtout à toi classe estate l'afficher sa notons l'époque salta
un gars aérosol conditionné sean famille salzbourg impact actionne
meknès et singapour un spot axone de bord de seine software
technique i. pas essayer un n. un au sceau de
possibilité fondamentaux les caves femme rêve se renverser un
ordre de points stature et audio alekhine
héraclides problème des fonds à s'acquitter de cette même loi his or influence endosse de cette province
classement sur le problème soit fait saine 0 un avril était tout
à la politique de cette semaine on accepte dans son communiqué
du nom azoua lhassa et tout est tout integrer trafiquer s'appliquant à 3
oui c'est l'espèce into a socio économique que
ce système est match mode de fachoda test saigne ecosse
io n jeu into compétences into gloria challenging
d de la forte hausse communauté so what des
aspects sera aucun oui à aucun des paquets comme but de
ces 7 aqua chêne naturel toilettes 5 socioéconomique on
la lève les autres comme sponsor mécène sur les 5 ans et apparaître quelques niches à toutes les industries
absolute les b 57 ss pis encore eux capacitor d'espèces à
explorer toutes les actes de décès exacte doit être un export
calvin klein s'adresse à cet effet et juste peut être une chose pour
répondre parce que c'est quelque chose qui me un trouble aussi
c'est que des fois je trouve que l'environnement des architectes en europe et bien plus dur que celui que rencontre sur le terrain audelà du confort physique un
et on a une union un espace les architectes ont un espace dans les aidant les crises humanitaires que
bien plus large que celui que je trouve en suisse et au niveau de mon de du
confort intellectuel c'est bien plus gratifiant que de travailler comme architecte en suisse donc ya pas que le
confort physique un qu'il faut mettre en ligne de compte aussi le confort de nos ambitions
je pense que ça c'est quelque chose qu'auprès des étudiants sait ce qu'on peut être en permanence
je peux pas m'empêcher de penser qui était très belle collection détériore ultime étant que je
vous propose de réfléchir avec un café ah oui un question encore il paraît de
voilà mais ce que je voulais simplement dire c'est combien
travailler là je rejoins ce que vous voulez dire combien
travailler dans des situations de crise peut nous aider à
travailler ici ist dire vous apprenez à travailler à
distinguer culturellement et ici si vous distinguer le dur mots je
dois dire ça vous ouvre énormément de portes et
si on pense que travailler dans le tiers monde ou dans le monde en développement
on va se trouver dans des bidonvilles ou dans des camps devant des inconnus
oui il ya beaucoup d'inconnues mais en ayant
travaillé dans ces situations la on arrive ici
face à des inconnus qui sont autrement encore plus importante c'est à dire que nos sociétés sont
en train de changer il ya des besoins émergents important et il faut pouvoir i répond
et le vieillissement de la population fait partie de ceci et il
ya plus d'inconnu avec le vieillissement de la population et
avec plus de 50% 55% de la population
qui endort du modèle du travail actif et il faut
arrivé à récupérer l'environnement urbain existants
pour l'adapter à ces nouveaux besoins et là je dirais que
l'architecture ou l'architecture entre le rapport entre architecture 9 ou
architecte des bâtiments existants je dirais qu'il n'ya que l'existant
et que les l'architecture des nouveaux bâtiments 7
simplement une partie infime de ce qui existe est à dire de
la ville d'e 2030 elle est déjà là
elle est déjà là et les habitants de 2030 sont déjà là simplement ils auront encore 15 ans
de plus alors on peut rien faire pour les vieux ce qu'il faut faire c'est simplement trouver
des chemins qui nous permettent de travailler en même temps pour lever les dispositions qui sont
prises pour les vieux au niveau de l'habitat au sens large doivent être payés
des éléments de plusvalue qualitatif pour tout les autres si nos frontières
pour les denrées juste sauver quelques vues par jour merci
et à celle de juste bien des dettes sur lesquels on a vu la plupart des noms et
convaincu que je vous propose pascal après des retards c'est aller prendre un café ou thé ou un
et revenir rapidement place pour contenu avec les deuxième
et cession de la map mais qui sert à anglophones
convaincu que je vous propose pascal après des retards c' est aller prendre un café ou thé ou un
et et revenir rapidement e place pour contenu avec les deuxième

Share this talk: 


Conference program

PRÉSENTATION DE LA JOURNÉE DE SÉMINAIRE
Panos MANTZIARAS, Directeur, Fondation Braillard Architectes
8 déc. 2016 · 9:10 matin
ALLOCUTION
Antonio HODGERS, Conseiller d’État chargé du département de l’aménagement, du logement et de l’énergie (DALE), République et canton de Genève
8 déc. 2016 · 9:11 matin
INTRODUCTION
Panos MANTZIARAS, Directeur, Fondation Braillard Architectes
8 déc. 2016 · 9:24 matin
ABRIS D’URGENCE À GENÈVE
Philippe BONHÔTE // Ivan VUARAMBON, Architecte, professeur, Joint Master of Architecture, HES/GE-HEPIA // Architecte, chargé de missions auprès de la DDC
8 déc. 2016 · 9:46 matin
VIVRE DEMAIN LA VILLE DE BASSE DENSITÉ
Nicolas TIXIER // Jennifer BUYCK, Architecte, professeur, École nationale supérieure d’architecture de Grenoble // Architecte, maître de conférences, Institut d’urbanisme de Grenoble
8 déc. 2016 · 10:15 matin
RÉPONDANTS : VIVRE DEMAIN LA VILLE DE BASSE DENSITÉ & ABRIS D’URGENCE À GENÈVE
Dominique BOURG // Rémi BAUDOUI, Philosophe, professeur - Institut de géographie et durabilité, Faculté des géosciences et de l’environnement, Université de Lausanne // Sociologue, professeur - Département de science politique et relations internationales, Université de Genève
8 déc. 2016 · 10:44 matin
SUSTAINABLE AND RESILIENT URBAN INFRASTRUCTURES - INSIGHT FROM CASE STUDIES
Katharina SCHNEIDER ROSS // Marco GROSSMANN, Deputy Executive Director - Global Infrastructure Basel // Director Implementation Services - Global Infrastructure Basel
8 déc. 2016 · 11:42 matin
PROJET ATLAS - ATLAS DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POUR L’ESPACE ALPIN
Peter DROEGE, Architect, professor, Liechtenstein Institute for Strategic Development
8 déc. 2016 · 12:08 après-midi
RÉPONDANTS : PROJET ATLAS - ATLAS DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POUR L’ESPACE ALPIN
Pascal ROLLET // Robert SADLEIR, Architecte, professeur, École nationale supérieure d’architecture de Grenoble // Économiste - Westminster University
8 déc. 2016 · 12:35 après-midi
ATLAS ARCHITECTURAL D’ÉCONOMIES CIRCULAIRES
Grégoire BIGNIER // Peggy GARCIA, Architecte-ingénieur, chercheur, Laboratoire LIAT, ENSAPM // Architecte, postgrade EPFL - Maître assistant associé, ENSAPM
8 déc. 2016 · 2:52 après-midi
SCENARIOS FOR A COLLABORATIVE CITY SUSTAINABLE UTOPIA OF THE POLYCENTRIC RUHR REGION
Alexander SCHMIDT, Architecte, professor - Institute of City Planning + Urban Design, University Duisburg-Essen
8 déc. 2016 · 3:18 après-midi
RÉPONDANTS : SCENARIOS FOR A COLLABORATIVE CITY SUSTAINABLE UTOPIA OF THE POLYCENTRIC RUHR REGION
Sabine BARLES // Gunther VOGT, Ingenieure, professeure - Universite Paris I, UMR Geo-Cites // Paysagiste, professeur?Institut fur Landschaftsarchitektur, ETHZ
8 déc. 2016 · 3:49 après-midi
URBAN LIFE FOR SUBURBIA - THE TICINO CASE
Frédéric BONNET, Architecte, professeur - Académie d’architecture, Mendrisio
8 déc. 2016 · 5:10 après-midi
ALPS - PROTOTYPES FOR THE ALPINE CITY-TERRITORY
PAOLA VIGANÒ, Architecte-urbaniste, professeure EPFL et IUAV, directrice du laboratoire Lab-U/ EPFL, membre fondateur de l’agence Studio 16, Milan
8 déc. 2016 · 5:43 après-midi
RÉPONDANTS : DENSUISSE - RECHERCHE PROSPECTIVE SUR LA DENSIFICATION DE L’ESPACE URBAIN SUISSE
Pascal ROLLET // Günther VOGT, Architecte, professeur, École nationale supérieure d’architecture de Grenoble // Paysagiste, professeur Institut für Landschaftsarchitektur, ETHZ
8 déc. 2016 · 6:13 après-midi
CONFÉRENCE / KEYNOTE SPEECH // CURRENT PREOCCUPATIONS
Reinier DE GRAAF, Architect - Office for Metropolitan Architecture, Rotterdam 8 DÉCEMBRE 2016
8 déc. 2016 · 6:39 après-midi
QUESTIONS // REPONSES
Reinier DE GRAAF, Architect - Office for Metropolitan Architecture, Rotterdam 8 DÉCEMBRE 2016
8 déc. 2016 · 7:21 après-midi

Recommended talks

Journey to a Better Life
David Min, LG Electronics
22 avr. 2015 · 8:36 matin