Les données personnelles valent de l’or. On parle de « data-mining », de gestion des données, de l’information comme monnaie et valeur ajoutée, de vol de données et de la nécessité de se prémunir contre l’espionnage économique. Les entreprises de la technologie utilisent des informations obtenues à l’insu de leurs clients ou avec leur assentiment plus ou moins tacite. C’est une des raisons pour lesquelles un nouveau règlement européen renforce et unifie la protection des données pour les individus. Cette protection constitue une préoccupation majeure pour les entreprises en Europe, y compris en Suisse, d’autant plus que tout manquement entrainerait des sanctions importantes. Quelles sont les mesures d’accompagnement proposées par le Confédération ? Une économie interdépendante et mondialisée peut-elle encore pratiquer une approche nationale et locale de la sécurité des données ? Quels sont les risques que courent les entreprises dans un monde où les échanges et l’interconnexion numériques sont devenus une réalité difficile à contrôler et à gérer ? Comment la Suisse peut-elle protéger son économie et ses entreprises contre des attaques de cyber-espionnage et des disruptions numériques ?

Share:  
Mot de bienvenue
2 Oct. 2018 · 6:33 p.m.
Introduction
2 Oct. 2018 · 6:34 p.m.
e-ID: une identité électronique reconnue par l'Etat pour la Suisse
Magdalena Forowicz, responsable cyberadministration, section informatique juridique de l’Office fédéral de la justice
2 Oct. 2018 · 6:38 p.m.
Table ronde
2 Oct. 2018 · 6:59 p.m.
Mot de conclusions
Catherine Rebord, Responsable Formation continue, Prestation de services, Alumni
2 Oct. 2018 · 8:07 p.m.