Embed code
Note: this content has been automatically generated.
fédération des entreprises romandes sous le signe de la tradition et de l'innovation
l'affaire jeunesse est un peu l'histoire des singularités d'abord avec la création dans les années
30 d'une nouvelle organisation cet intitulé le groupe patronale
interprofessionnel ceci en 1'228
qui avait derrière cette création l'idée de mettre sur pied
en commun avec les syndicats chrétiens une nouvelle organisation sociale
sa base était la doctrine catholique de la fin du dixneuvième siècle avec le corporatisme revue
par cette doctrine il s'agissait aussi d'apporter de réponse à la suite de la révolution industrielle s'agissant
des conditions sociales l'idée était que les branches règles organisation
des relations du travail etienne je suis désolée messieurs létale
écart cet état étant jugée moins compétent que d'autre
pour s'occuper de relation entre employeurs et employés
avis donc le jour en 1'231
avec les syndicats chrétiens la fédération genevoise des corporations
elle avait à cette époque déjà à 3 spécificités disait son originalité
d'abord elle mettait l'accent sur le dialogue social une période où celuici était très difficile
ensuite elle faisait appel à la interprofessionnel ité certes elle demandait aux branches de régler les conditions sociales
mais le regroupés dans un groupement interprofessionnel des entreprises de toutes les branches
et enfin ça n'était pas un corporatisme figé celui que tu hugo avait tant combattu
à la fin du règne de louis 16 en cet état corporatisme ouvert pour un libéralisme responsable
comme vous le savez sans doute les utopies ne dure jamais très longtemps
moins qu'on puisse dire c'est cette organisation a eu d'énormes difficultés à
exister il a eu des menaces de tout les côtés de côté syndical
comme du côté patronal et afin la deuxième guerre mondiale se néocorporatisme a disparu chacun
les parties sur son chemin comme avant la création de la fédération genevoise corporation mais
ce néocorporatisme a laissé des traces très profonde non seulement à genève
meilleur en suisse également d'abord parce qu'il a été la base du dialogue
social en suisse un dialogue social qui fait toujours partie de nos conditions 4
ensuite parce qu'il a permis avant et pendant la deuxième guerre mondiale le développement
d'institutions sociales c'est là qu'on a du point de les prémisses
de la retraite de vieillesse pour les employés en suisse
c'était aussi l'occasion à la fin de la guerre en 1947 de créer
une organisation régionale la fédération des entreprises romandes celleci ces
faits sans l'organisation du canton de Vaud
celleci étant présente ce soir je tiens à préciser d'emblée que nous n'avons pas de difficultés particulières au contraire
nous collaborons extrêmement bien pensant pour utiliser la au quatrième rang
avec le centre patronal mais voilà chacun a ses particularités
et le canton de Vaud et demeurer en dehors de cette organisation régionale qui a vu le jour en 47
7 aucune nouvelle originalité ne régionalisation patronale au fond assez unique en suisse vous aurez
peine à trouver d'autres organisations de même nature il en existe mais leur structure mais pas
du tout aussi fortes que celles qui nous vont intégrer l'ensemble des cantons romands
cette organisation a vu le jour sur des convictions fortes sur des
valeurs qui sont toujours celles qui nous anime la libre entreprise
la responsabilité individuelle et collective le dialogue le respect d'autrui
l'écoute mais aussi le pragmatisme savoir s'adapter aux mutations sociales et
technologique ne pas rester figés sur des dogmes après tout la société
bouge très vite comme l'avait rappelé le fondateur de cette maison
renaud bardet quelques années lorsque j'ai vu location d'avoir un
dialogue à ce sujet avec la fédération orléans cette dimension régionale
c'est également renforcé au plan fédéral comme vous le savez
et reconnu comme organisation faîtière par les autorités fédérales et
le nombre de sièges dans les commissions officielles à ce niveau en particulier dans le domaine de la sécurité sociale
cette socialisation du travail révélation aimant des 3 grandes organisation
faîtière de l'économie directement ou indirectement economiesuisse
l'union patronale suisse et l'union suisse des arts et métiers depuis
des dizaines d'années et la section cantonale des arts et métiers
alors le président l'a dit c'est pas parce qu'on ait membre on a parfois des divergences
assez profonde tout de même si l'on prend la prévoyance professionnelle
2027 nations pas d'accord avec sa générer
des tensions entre nous pour stocker de nos bilingue et bien
cursus amitié nous avions également une lune divergences assez fortes
mais nous avons pu faire valoir notre point de vue nous avons pu le défendre à chaque
fois je crois que ce qui est très positif aux organisations sont des instances démocratiques
et vivante et puis pour tous ceux qui pensent que nous sommes en désaccord
permanent je les rassure sur la plupart des sujets nous sommes en accord
elle fait à genève est un prestataire de services est devenu de plus en plus au fi l
du temps comme beaucoup d'organisations professionnelles mais c'est évidemment comme le président a
rappelé l'organisation qui se voit la défense des conditions cadres de l'économie
dans ce contexte nous menant des actions de nature politique
ou économique et nous développons également une réflexion
sur ce que peut être dans le futur en particulier le monde du travail
au niveau politique les relation avec l'union européenne sont pour nous une préoccupation constante
puisque c'est un débat qui est permanent sur la scène politique de savoir quel type de relation
nous entretenir avec l'union mais au fond pourquoi estce que nous sommes on nous reproche parfois
si enclins à parler de relation avec l'union européenne et des accords bilatéraux
pas forcément pour les accords euxmêmes qu'ils soient très important quant à leur contenu
mais surtout parce que nous avons la conviction que c'est ainsi que
nous défendons un ensemble de valeurs communes propre à notre continent
nous savons aussi que les valeurs portées par l'union européenne sont des valeurs qui
nous ont permis d'avoir la prospérité en suisse que l'on soit
membre ou pas de cette union ne respectait pas la consécration des droits de
l'homme d'état droit sont les éléments constituants nos sociétés démocratiques
peut donc continuer à pouvoir promouvoir des valeurs qui sont celles de
notre état et qui sont sujets à notre fédération ou pas
en suisse les attaques continuer s'intensifier bons nous sommes allés des élections fédérales donc c'est assez normal
que ceux qui ne croient pas cette relation avec l'union européenne
continuent leurs attaques mais je pense en particulier la nouvelle initiative
sur la fin de la libre circulation coupant pour penser aux attaques sur l'accord cadre avec l'union européenne
et puis aussi l'initiative sur la suprématie du droit suisse comme vous avez droit suisse et supérieur à
tout les autres dans le monde ça se sait depuis longtemps s'avéraient exactes dans bien des cas
à la pire londres supprimer dressent des droits on garde le droit suisse comme ça c'est mon gouvernement
je pense j'espère que le débat politique 20 peut s'alléger sur ces questions se avec le flux migratoire diminuent
les revenus à son niveau de 2002 et puis on le voit séjour le franc suisse affaiblie
ce qui est une bonne nouvelle pour notre économie nous qui avons vécu ça
montée subite en janvier 2015 étudiants séance du conseil de direction au président
qui devenait tout blanc au fur à mesure qu'ils suivaient les informations sur son téléphone portable
voilà mesdames et messieurs nous avons tout intérêt à voir union européenne
qui fonctionne parce que nous permet aussi à nous de fonctionner
nous voulons également éviter l'insécurité juridique qui n'ait pas bonne pour la marche des affaires
garantir un marché en particulier un marché du travail qui sont aussi équitable que possible
la sécurité nuit fortement à la crédibilité d'un état
dans sa dimension économique et la suisse se caractérise actuellement
par un certains nombre d'éléments qui nuisent à ce qu'elle a toujours pu apporter
à savoir la garantie de stabilité dans les affaires alors je reviens sur l'initiative
après le droit suisse au lieu de juges étrangers dite initiative d'autodétermination
pour souligner à quel point créent l'insécurité juridique s'agit pas de savoir si l'on est
dans le cadre de discussion tu européenne s'est pas du tout le fond du problème
le problème de savoir si vous pouvez aller négocier et d'autre état des accords en
leur indiquant dès le début il n'est pas sûr que vous appliquez audit accord
vous imaginez ceux être maintenant les états unis d'amérique en leur disant je trump nous sommes désolé
vous êtes fort sympathique mais le droit suisse supérieur droit américain c'est l'inverse est vrai
mais on pense que donc le droit suisse superbe américain donc on va signer on verra bien
en matière de sécurité juridique on fait quand même mieux que la parlons
d'un doute ocean volonté peut être de mettre les juges
sous tutelle constate un certains nombre d'arrêts ns ne plaisent pas
et de rappeler de manière générale d'indépendance de la justice
c'est aussi en filigrane l'idée de réduire la portée de la convention européenne
des droits de l'j'aimerais ici souligner que monsieur moreau peut déjà
lors du rapport la commission gestion du pouvoir judiciaire a rappelé qu'on ne
saurait transiger avec l'indépendance de la justice sert des collaborations sont nécessaires
et je crois que vous avez l'occasion très régulièrement en particulier le procureur général de voir
de quelle nature cette relation doit être mais on ne peut pas sous peine de
mettre en danger l'état de droit transiger avec l'indépendance de la justice
par guy derrière bien placé pour savoir à quel point les accords internationaux sont garants
de la stabilité des marchés du travail de conditions de concurrence équitables entre les économies c'est à cela
que tendent les accords internationaux en particulier dans le domaine du travail c'est aussi ce qui
permet à chacun de retrouver dans l'économie dans son
fonctionnement la valeur qu'il peut lui attribuer
valeur qui est propre à l'individu puisqu'il est à l'origine de la création
de cette valeur économique il faut qu'on puisse être et à l'économie et le fait d'avoir des
cadres dans lesquels les personnes 60 inclus est un élément
extrêmement important de l'activité économique dans son ensemble
l'affaire génère avec ses partenaires de l'UAPG je permet aussi de saluer son président
continuera de s'engager pour défendre un marché ouvert et équitable
se posera toutes mesures de nature à menacer les entreprises
alors à genève une fois qu'on a décidé par deux fois de refuser
un salaire minimum en se dit on va essayer une troisième fois
pourquoi pas vous serais pas surpris d'apprendre que notre fédération ne va pas soutenir l'idée d'un salaire minimum
à 23 français déjà beaucoup plus que partout ailleurs et ça risque de mettre
en danger cela même qu'on veut protéger s'arrête les exclure le marché
du travail pour les soins dentaires il est question d'instaurer à l'instar de
ce qui a été refusé porte heureusement dans le canton de Vaud
une assurance de base obligatoires mais aussi par un prélèvement salariale ça veut dire par l'augmentation
du coût du travail nous ne pouvons pas accepter les propositions de ce type sachant que
nous avons déjà toute une infrastructure qui prend en charge ces soins de base
dans les singularités non sous un nom genevoise plutôt helvétique
je signale deux choses qui à l'heure actuelle sont particulièrement
préoccupante d'abord les initiatives menées pleine qui pourraient
s'intitule les caisses vides pour les entreprises et les particuliers et pourquoi pas ce que c'est eux
initiative qui vise à combattre les crises financières visant créer n'en a ses champs de crédits aux particuliers
et aux entreprises la monnaie scripturale pour les banques se finissent à la banque nationale a
donc je me demande si jamais on a la mauvaise idée de voter cette initiative qui sera car moi
j'avoue très compte bien entendu je me demande ce qui va se passer dans notre économie
pas de bonnes choses et puis la deuxième initiative multi responsable
je lis titre a sa part du principe qu'elles ne sont pas alors qu'elles ne sont multi
responsable qui vise évidemment les multinationales et qui touche toutes les p. m. et coopération avec l'extérieur
et ça peut aller très long et qui devront s'assurer que dans le dernier des détails que leurs soustraitants
sont absolument en nombre à tous égards sous peine de responsabilité civile et pénale
alors attila cette initiative un contreprojet le parlement fédéral travail nous ne sommes pas opposé à condition qu'on
reste amis très sérieusement le champ des responsabilités et sur toutes les équipes et même soit retirée
nous avons parlé l'échec de la prévoyance vieillesse en septembre de l'année passée ça
veut pas dire ce dossier doit pas être repris vous savez hélas la population vieilli
vigueur depuis longtemps et par conséquent il faut trouver les moyens d'assurer l'équilibre financier
même de cette prévoyance et les grandes lignes du projet fédéral revue visite expo correspond beaucoup
au projet précédent moins les 7 en france qu'on avait adopté la vespucci en
suisse allemande mais de là cette pression 107 paraissent plus lit eh bien
ce projet fédéral correspond pour l'essentiel à ce qui a déjà été
débattu très à la sécurité sociale a parmi les manières de faire un
il faut assurer des rentrées il faut contrôler la dépense est très très simple par conséquent oui il faudra
peut etre a eu un petit peu plus il faudra prévoir des périodes de transition mais
surtout il faudra le faire tout les autres pays le fond pourquoi pas la suisse
à nantes en nous interrogeant comme je l'ai dû sur les mutations technologiques du monde du travail
elle vous impact et nous impact comme fédération population
qu'a commencé avec la relation de travail
il est normal de se demander si cette relation de travail vont continuer d'exister sur la même forme ou pas
en il ordonna de se demander si nous aurons encore en ce sens par
rapport à cette évolution mais c'est la question vous posez tous
je vous le dis nous n'avons pas forcement de réponse et je crois il faut
avoir le courage de laisser toutes les portes ouvertes lorsqu'on traite de la
question du futur de la relation de travail nous n'avons pas essai génère de
réponse et nous n'avons pas non plus forcément de réponse au niveau international
nous refusons l'immobilisme nous refusons la démagogie
et nous refusons le repli sur nousmêmes ce sont les meilleurs moyens d'aborder l'avenir
de faire en sorte de remplir de notre mission en nous adaptant et en nous

Share this talk: 


Conference program

Présentation du programme
Pepper
24 April 2018 · 5:40 p.m.
Allocution du Président de la FER Genève
Ivan Slatkine
24 April 2018 · 5:41 p.m.
Exposé du Directeur général de la FER Genève
Blaise Matthey, Directeur général, FER Genève
24 April 2018 · 5:56 p.m.
Le dialogue social à l'aube du centenaire de l'OIT: perspectives et défis
Guy Ryder, Directeur général de l'Organisation internationale du Travail (OIT)
24 April 2018 · 6:23 p.m.
Questions du public
Guy Ryder, Directeur général de l'Organisation internationale du Travail (OIT)
24 April 2018 · 6:46 p.m.

Recommended talks

Comptes de l'exercice 2013, cotisations et élections
Bernard Rüeger, Président, CVCI
30 April 2014 · 5:14 p.m.